Copyright 2019 - Site by Misterdan

Rose Morte - Tome 2 : Trois Epines Poche écrit par Landressie Celine

France, Fin du 18e siècle. Alors que la révolte gronde aux quatre coins de la France, Rose est rappelée de la cour de Russie. De retour aux côtés de son mentor, elle découvre que la situation vacille également dans l'univers occulte d'Artus. Les Arimath doivent faire face à de sauvages attaques sur leurs terres, tandis que la grogne contre la noblesse croît d'instant en instant parmi le peuple. Entre la révolution naissante et les prémices d'une guerre au sein du monde obscur, les bouleversements dans l'existence de Rose s'annoncent cataclysmiques. Leurs conséquences risquent fort de faire sombrer en un même chaos les existences des humains aussi bien que des immortels.

Ce qui surprend dès les premiers pages c'est le bond dans le temps. En effet, il s'est passé presque 200 depuis la fin du 1er tome, on se retrouve l'année de la révolution française. Et en 200 ans, beaucoup de choses se sont passé, et pas pour nous réjouir. Nos petits cœurs de midinettes sont mis à rude épreuve. Si vous vous imaginez qu'Artus & Rose filent le parfait amour, vous vous fourrez le doigt dans l’œil, et jusqu'au coude. Rose exilée depuis 10 ans en Russie revient sur l'appel de son mentor. Mais son accueil comme son retour sont plus que glacial, sans compter qu'elle ne revient pas seule.

J'ai été immédiatement captivée par l'histoire. J'avais eu un peu de mal avec le côté historique dans le 1er tome, ici point du tout. L'écriture de l'auteure est toujours aussi délicate et précieuse. Je l'ai même plus appréciée que dans le précédent. Céline Landressie réussit à créer une mythologie vraiment intéressante en alliant des personnages haut en couleur et une trame de fond passionnante. Rare sont les romans où l'un des éléments n'est pas déprécié.

Parlons un peu des personnages, car il faut bien le dire, ils m'ont fait criser. J'ai trouvé Rose fidèle à elle-même, toujours aussi attachante. J'ai été totalement derrière elle pour rendre sa monnaie de sa pièce à Artus. J'aime beaucoup sa répartie, le seul reproche que je peux lui faire c'est d'être aveugle sur les sentiments des hommes qui l'entourent, mais je lui pardonne, elle a autre chose à penser.

Artus est on ne peut plus énervant. Mais qu'il est borné ! Une vraie tête à claque ! Bon, je l'aime quand même hein, mais voilà, une tête de mule. Mise à part son comportement énervant face à Rose, on découvre une facette extrêmement sombre de sa personnalité. Et ce n'est pas pour me déplaire, il n'est pas l'Héritier des Arimath pour rien.

On retrouve un Adelphe très maussade sans qu'on comprenne exactement la raison. Il ne se livre pas, même à Rose qui était pourtant son amie proche. Leurs relations tendues affectent d'ailleurs beaucoup la belle immortelle. Je me pose d'ailleurs beaucoup de question à propos du vicomte. Notamment lors d'une scène en particulier. Et ce qu'on apprend à la fin du roman à son sujet m'a brisé le cœur.

Un nouveau personnage vient compléter le trio : Vassili. Lui, je l'ai aimé immédiatement. Des trois hommes c'est le seul qu'on arrive à lire sans difficulté. Il est aux antipodes des frères d'Holival, aussi bien par son physique que par son caractère. Mon petit cœur a fondu pour lui également (oui j'suis faible, je craque pour tous). J'ai eu envie de lui faire des câlins plus d'une fois !

Ce tome est bien meilleur que le précédent. On rentre directement dans l'action, dans le monde obscur d'Artus et de son engeance. C'est un roman sombre et violent mais allégé par des touches d'humours (l'une des piques de Vassili m'a fait beaucoup rire). Des réponses sont données mais soulèvent encore plus de questions. Je me suis fait pas mal d’hypothèses pendant ma lecture, dont certaines étaient exact. L’auteure, telle une araignée, tisse petit à petit sa toile. Mais lorsque l’on tire le bon fil, ce qui semblait disparate au premier abord finit par prendre son sens et ne former qu’une seule intrigue à grande échelle. J'attends donc la suite avec GRANDE impatience (et c'est un euphémisme).

Éditeur : Milady - Date de parution : 17 septembre 2015 - Prix : 7,90 €.

f t g m