Copyright 2019 - Site by Misterdan

Princesse Libellule - Tome 1 : cherche prince désespérement de Alexandre Arlène et Stéphanie Bellat

Dans un conte de fée, quand une princesse est enfermée dans une tour, on ne raconte généralement que la fin : l'arrivée du Prince Charmant. Curieusement, personne ne parle jamais de l'interminable attente qui précède ce si court évènement. Princesse Libellule est une de ces princesses qui attendent qu'un prince fasse son boulot... Mais, comme les princes compétents ne courent visiblement pas les chemins, il faut bien s'occuper... Alors elle passe un temps fou à la fenêtre, à guetter le moindre mouvement et à inventer toutes sortes de raisons au retard de son chevalier. Et elle parle avec ses oiseaux, car pour être une princesse idéale, il faut être en harmonie avec la nature et les animaux. Même si, Princesse Libellule, l'harmonie, c'est pas son fort !

On est bien loin ici des princesses Disney ! Mais c’est d’autant plus intéressant !
Libellule est une jeune princesse enfermée en haut de la plus haute des tours d’un château. Et bien sûr, comme toute pricesse qui se respecte, elle attend le prince charmant qui viendra la délivrer. A quoi va-t-il ressembler ? Forcément il sera super beau, hyper intelligent, bref vraiment génial... et si, du coup, Libellule était trop nulle pour lui ? D’ailleurs ce prince pourquoi se fait-il attendre ? Car elle attend la jeune princesse ! Elle ne fait même que ça : attendre, et attendre son beau prince.
Et elle cause, elle cause ! Avec Plumeau, son ours serviteur, avec sa tutrice chargée de la délicate tâche d’éduquer la jeune fille en lui inculquant les notions indispensables comme le danger des pommes, ou la différence entre un crapaud et un prince transformé en crapaud. Elle cause à ses oiseaux, qui eux ne pensent qu’à se la couler douce et à manger. Elle cause aussi à son miroir magique, mais qui lui parle de beauté intérieure à défaut de beauté tout court. Bref tout est bon pour vaincre l’ennui de l’attente !

Enfin une héroïne de conte de fée qui n’est pas aseptisée ! Cette histoire joliment menée autour de courtes saynètes pétillantes tord le cou aux clichés du genre pour le plus grand plaisir des jeunes lecteurs. C’est irrévérencieux, drôle et bourré de clins d’oeil aux contes classiques.
Les bulles arrondies regorgent de couleurs vives, les dessins rappellent les cartoons, et plairont forcément au jeune public.

Editeur : La Boîte à Bulles – Collection : la Malle aux Images – Scénario : Alexandre Arlène - Dessin et couleurs : Stéphanie Bellat – Date de parution : 8 mars 2017 (réédition) – 64 pages - Prix : 13 €

f t g m