Copyright 2019 - Site by Misterdan

La Confidente des Morts écrit par Ariana Franklin

Cambridge, 1171. Un enfant a été massacré dans des conditions atroces et d'autres sont rapidement portés disparus. Les juifs, désignés comme boucs émissaires par le clergé catholique, ont été forcés de se retirer dans le château seigneurial afin d'éviter un lynchage en règle par les habitants furieux. Henry, roi d'Angleterre, ne voit pas ces événements d'un très bon oeil, d'autant plus que la communauté juive lui procure une grande partie de ses revenus... Le véritable assassin doit être trouvé, et rapidement. Un enquêteur de renom, Simon de Naples, est dépêché depuis le continent et débarque en ville accompagné d'un Arabe et d'une jeune femme, Adélia Aguilar, diplômée de la Grande Ecole de médecine de Salerne. Sa spécialité est l'étude des cadavres, un savoir-faire qu'elle doit garder secret si elle veut éviter d'être accusée de sorcellerie. L'enquête d'Adelia la plongera au coeur de Cambridge, son château et ses couvents, dans une ville médiévale grouillante de vie ou, fatalement, elle attirera l'attention d'un meurtrier prêt à tuer à nouveau...

 

Je viens de terminer ce livre que j'ai beaucoup apprécié. Je connais bien cette collection « Grands Détectives » et j'aime aussi la période médiévale, je me préparais donc à passer un bon moment. Petit plus, mais important à mes yeux, la couverture est sobre et raffinée.

 

La toile de fond est le 12e siècle en Angleterre, en pleine lutte de pouvoir entre l’État et l’Église. On se rend compte que cette lutte va influer sur le déroulement de l'enquête puisque l’Église est omniprésente dans la vie des gens, du plus humble au plus puissant. Par le biais des souvenirs de certains personnages, on est plongé dans l'univers des Croisades et on voit à quel point est délicat l'équilibre entre les trois principales religions, l'incompréhension et les peurs entretenues par les uns et les autres.

 

Le personnage central, Adelia, est attachant et atypique puisqu'elle exerce la profession de médecin, aujourd'hui nous dirions médecin légiste, et qu'elle est reconnue dans sa ville, Salerne. Ailleurs, elle doit affronter les préjugés de l'époque qui étaient la norme au Moyen-Âge, et faire preuve de retenue si elle veut pouvoir avancer sur la route qu'elle a choisie.

Je ne dirai rien de l'enquête pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte aux lecteurs mais je peux assurer que j'ai vraiment aimé ce livre, ses personnages et le contexte historique, très fouillé sans jamais être ennuyeux car toujours naturellement imbriqué dans l'histoire.

 

Je conseille ce livre sans hésiter.

 

J'ai apprécié découvrir cette auteure que je ne connaissais pas et je vais certainement lire d'autres ouvrages de Ariana Franklin. À noter que ce roman est le premier d'une tétralogie et qu'on y sent bien la mise en place du contexte pour les tomes suivant. Il a reçu le CWA Ellis Peters Historical Award en 2007, entre autres, mais ce prix retient mon attention en particulier car j'apprécie énormément les enquêtes écrites par Ellis Peters (dont la série télévisée Cadfael est tirée, pour situer). Donc si vous aimez cette ambiance, cette auteure devrait également vous plaire.  

 

Titre original : Mistress of The Art of Death - Éditeur : 10/18 - Collection : Grands Détectives - Date de parution : 19 mars 2015 - 528 pages - Prix : 8,80 €.

f t g m