Copyright 2019 - Site by Misterdan

Retour à la Nuit écrit par Eric Maneval

Eric Maneval vit à Marseille. Il est libraire, guitariste et auteur. Initialement paru aux éditions Ecorce, Retour à la nuit a reçu le prix du polar lycéen d’Aubusson en 2011.

 Antoine a 8 ans. C’est la fin du mois d’août dans la Creuse. Il joue dans une rivière dangereuse lorsque des troncs d’arbres portés par le courant l’assomment. Il se réveille dans un fourgon avec un inconnu qui lui apprend qu’il vient de lui sauver la vie, qu’il est couvert de blessures et qu’il a dû le recoudre. L’homme le dépose à l’hôpital de Limoges et disparaît de sa vie. Vingt ans plus tard, Antoine est veilleur de nuit dans un centre pour ados. À la télévision, on reparle de l’affaire "du découpeur" suite à la découverte de nouveaux témoignages. Lors de la reconstitution de l’enquête pour l’émission de télévision, Antoine reconnaît dans un portrait-robot l’homme qui lui a sauvé la vie près de la rivière.

Ce roman est court mais intriguant. Au début on revit l’événement marquant dans la vie d’Antoine. Puis on le retrouve quelques années plus tard quand il est surveillant de nuit dans un centre pour ados. En regardant un reportage, il reconnaît l’homme qui l’a secouru quand il était jeune mais cet homme est en faite un tueur en série. Il se décide donc à en parler. Ce livre a un caractère très psychologique. Les quelques personnages y sont décrits avec précision. Le personnage d’Antoine parait assez banal. Sa vie est assez quelconque et n’a que peu d’intérêt. Pour l’histoire on s’intéresse plus à ce qu’il se passe dans le centre pour ados que du tueur en série qu’ils vont tenter de retrouver. La relation d’Antoine avec les jeunes du centre est très développée, surtout celle avec cette jeune fille Ouria. Mais on reste un peu sur notre faim. Tout va très vite dans ce livre et on arrive assez vite à la fin qui m’a semblé peu aboutit ou du moins qui ne répond pas à toutes les questions que l’on peut avoir. L’écriture est quand même très fluide et le rythme est bon. Mais l’ensemble aurait mérité d’être plus approfondie.

Éditeur : 10/18 - Collection : Domaine Policier - Date de parution : 03 novembre 2016.

f t g m