Copyright 2019 - Site by Misterdan

Le Bonheur aurait-il des nageoires ? écrit par Sophie Dabat

Le Bonheur aurait-il des nageoires ? écrit par Sophie DabatNée en 1979 près de Marseille, Sophie Dabat s’est installée en Bretagne après avoir en partie délaissé sa formation d’origine, l’architecture, pour se lancer dans les métiers de l’édition. Lectrice, traductrice et correctrice, elle a publié une cinquantaine de nouvelles en France dans diverses anthologies ainsi qu’une novella au Québec.

Marquée par un deuil, Blanche lutte chaque jour pour échapper à la mélancolie qui l’habite, sans succès. Jusqu’au moment où, émerveillée, elle découvre le monde des sirènes professionnelles. Plus qu’une passion, cela devient une obsession et elle décide de se lancer.
Première étape : confectionner son costume…
Quelles épreuves devra-t-elle surmonter pour accomplir son rêve ?

Inspirée par le phénomène du mermaiding qui connaît un immense succès dans le monde, Sophie Dabat nous offre aujourd’hui un roman léger dans lequel son héroïne plonge pour retrouver son souffle… et le bonheur.

La couverture magnifique de ce roman, en toute simplicité mais à l'esthétisme parfait m'a de suite attirée. Je suis restée une grande enfant dans l'âme et tout ce qui touche de près ou de loin au mythe des sirènes suscite toujours mon intérêt. Cette idée d'écrire un roman sur la nouvelle tendance du mermaiding est détonante !
La plume est jolie, sans fioritures, directe et enjouée. On passerait aisément du rire aux larmes d'une scène à l'autre. C'est léger, frais et ça se lit vite pour un moment de lecture sans prise de tête.
Le récit débute par un événement à part... la fin en fait... chose peu courante et surprenante mais qui prendra son intérêt au moment du dénouement.
On assiste ensuite à un flash-back de plus de six mois (même si l'essentiel de l'intrigue ne se déroule que sur un mois à peine), narrant la vie de l'héroïne, Blanche, qui m'a littéralement agacée à chaque réaction ou presque et j'en suis la première désolée. J'ai trouvé qu'elle abusait dans ses comportements passant de l'obsession à l'euphorie, de la dépression à la pugnacité sans raison réelle. Il m'a vraiment manqué quelque chose pour m'attacher à elle malgré son désir d'aller mieux et de jongler entre ses priorités.
J'ai aimé suivre son projet, qu'elle vit avec tant de passion. Néanmoins, et même si je suis une adepte des loisirs créatifs certains passages étaient trop descriptifs, trop détaillés, j'avais un peu l'impression de lire le manuel "Comment construire une queue de sirène en 10 leçons sans se planter" et du coup je gardais une certaine distance avec les personnages, les émotions avaient alors du mal à arriver jusqu'à moi.
En bref, j'ai passé un bon moment mais il m'a manqué de la profondeur dans les relations et les sentiments et surtout cet attachement que j'aime partager avec ces héroïnes des romans qui surfent sur la vague du feel-good. J'ai aussi trouvé que c'était carrément parfois too much, exagéré et romancé à outrance mais oui... c'est un roman ! Je vous conseille quand même de vous y plonger pour nager dans le monde des sirènes qui, au fond, ne semble pas si loin du nôtre et pourrait bien être la clé de la porte du bonheur. Devenir une sirène pour apprendre à reprendre son souffle, et être enfin prête à affronter la vie avec les pieds sur terre n'est, ma foi, pas une si mauvaise idée, et après tout, pourquoi pas ?

Editeur : Pygmalion - Date de parution : 28 août 2019 - 240 pages - Prix broché : 18,90 €  - Numérique : 13,99 €.

f t g m