Copyright 2019 - Site by Misterdan

Dive Bar Series – Tome 1 : Dirty écrit par Kylie Scott

La dernière chose à laquelle Vaughan Hewsen s’attend en rentrant chez lui après une longue absence, c’est bien de trouver une mariée en pleurs dans la baignoire de sa salle de bains. Lydia Green n’apas vraiment réfléchi en se précipitant dans la première maison venue alors que, le jour de son mariage, elle vient de découvrir que son futur époux la trompe… avec son meilleur ami. Entre lefiasco sentimental de Lydia et les incertitudes de Vaughan, en pleine reconversion de rock star à barman, le destin semble avoir réuni deux âmes perdues faites pour s’épauler, voire plus si affinités.

Je l’attendais ce livre, je l’attendais vraiment. Je suivais les extraits que l’auteur mettait sur sa page Facebook et j’étais impatiente de découvrir l’histoire de Vaughan, personnage que l’on croisait déjà dans le tome 4 de la série Stage Dive dont la série Dive Bar est le spin-off. Petite info en passant : nul besoin d’avoir lu Stage Dive pour suivre ici, même si on peut avoir des guests.

Bon, pas de suspense : ça ne l’a pas fait. Pour moi, on est en-dessous de ce dont cette auteur est capable, bien en-dessous. Mais commençons par les points positifs.

L’humour de Kylie Scott est bien présent dans ce roman, beaucoup de traits d’esprits avec le personnage de Lydia, dont on a le point de vue dans ce tome. Des dialogues parfois très vifs et pimentés comme elle sait le faire.

Un personnage masculin qui envoie du rêve, qui en envoyait déjà dans Deep et qui arrive à une ou deux reprises à envoyer du swoon.

Une écriture assez fluide, quelques scènes hot sensuelles bien menées, voilà, c’est déjà pas mal.

Mais. Et là je m’insurge, à commencer par Vaughan. Le personnage principal de cette romance, c’est bien simple, on n’apprend rien sur lui, ou presque. Il reste (trop) mystérieux du début à la fin. Alors oui, on a compris, Lydia est à fond sur lui, son corps parfait, ses prouesses sexuelles… Elle nous répète que ses girl parts et son vagin sont drogués à Vaughan… Voilà, sauf qu’au bout de la 47° mention, on avait compris, hein. Bref, le type reste un mystère total et complet.

Certaines scènes de sexe sont absolument WTF. Et pas de jeu de mots… Sérieusement : trop de détails tuent le détail ! On a quelques descriptions anatomiques et visuelles dont je me serais bien passée, personnellement. Sans parler du fait qu’on est à la limite entre l’érotique et le pornographique, là. Voire on franchit carrément la limite à au moins deux reprises. Et là je dis non. Bref.

L’humour, qui était un point positif au départ, va devenir, en ce qui me concerne en tout cas, lourd. Tellement, que pour deux ou trois scènes, dans un moment qui aurait pu être swoon à souhait, il vient casser l’ambiance. Merci, on a compris que Lydia était drôle, tout ça, maintenant, si on pouvait tenter d’apprécier une minute une scène pas trop dégueulasse, ce serait sympa.

Alors oui, j’attendais ce tome, mes espoirs étaient assez hauts, je croisais les doigts pour retrouver ce qui m’avait tant plus dans les tomes sur Mal et Jimmy. Et non. Même pas. Deep était une déception pour moi, Dirty l’est peut-être plus… Je ne vais même pas parler de la fin, d’une part pour ne pas spoiler, d’autre part parce que ça ferait monter ma tension et ce n’est pas bon pour la santé.

En bref, même si plusieurs éléments du roman m’ont plu, ça n’est pas assez pour faire pencher la balance vers une impression globale positive. On en apprend presque plus dans ce tome sur les personnages secondaires que sur les principaux, ce qui me donne envie, par curiosité, de lire la suite et de, pourquoi pas, en apprendre peut-être plus sur Vaughan ? À force de vouloir préparer ses prochains tomes, l’auteur en aurait-elle oublié de bien ficeler son histoire et ses personnages dans celui-ci ?

Je suis déçue et je note probablement plus durement cette auteure qu’une autre parce que pour moi, elle est capable de bien mieux.

Gros point positif qui fait gagner à la note ½ étoile supplémentaire : l’apparition d’un personnage que j’adore de la série Stage Dive. Je n’en dis pas plus, mais ça a probablement été mon moment préféré du livre.

PS : on en parle du vieux bout de jean sur la couverture VF ? Non parce que le jean, utilisé comme ça dans un visuel, c’était cool dans les années 90. Là on n’est plus dans les années 90, les gars.

Éditeur : 0JC Lattès collection &moi – Date de parution : 08 juin 2016 – Prix : ebook 7,99€ / papier 12,50€ - 280 pages

f t g m