Copyright 2019 - Site by Misterdan

Le club des tricoteuses anonymes - Tome 2 : Simplement amis (malgré affinités) écrit par Penny Reid

 

Il y a trois choses que vous devez savoir sur Elisabeth Finney :

1) elle souffre d’un syndrome sévère du sarcasme, surtout lorsqu’elle est troublée,

2) personne ne la trouble autant que Nico Manganiello,

3) et elle sait tricoter.

Elisabeth Finney a presque toujours raison sur tout : l’intérêt musical des Boys Bands est sous-évalué par la société, les « Et plus si affinités » avec les Ken humains sont bien mieux sans attaches et elle a déjà manqué sa seule et unique chance de trouver le Grand Amour. Mais lorsque les plans d’Elisabeth de profiter des « Et plus si affinités » sans s’embarrasser d’attaches sont déjoués par l’incroyablement irritant, charismatique et macho Nico Manganiello – son ancienne Némésis – elle se retrouve à lutter pour maintenir la barrière électrique autour de son cœur tout en cherchant à éviter l’électrocution ou pire, le coup de foudre.

Dans cet opus nous replongeons dans le tricot avec Elisabeth, la coloc de Janie du tome 1. Elle est médecin et se consacre à sa carrière et a son club de tricot. Ses relations avec les hommes se limitent au sexe lorsqu’elle en a envie, c’est une femme sure d’elle, pleine de répartie et d’humour, intelligente qui n’a pas la langue dans sa poche.

Sa vie change quand elle retrouve Nico, son ami d’enfance avec qui elle a rompu le contact des années auparavant de manière assez abrupte.

Cette histoire est touchante. Elisabeth cache derrière sa désinvolture face aux hommes, une réelle peur de s’engager, d’aimer et d’être blessé de nouveau. Elle se bat contre ça, elle tente de tenir Nico à distance, de ne pas se laisser aller à éprouver des choses qui risqueraient de la faire souffrir, mais face à un homme aussi charismatique et charmant que Nico c’est compliqué de résister.

Nico a tout ce qu’il faut pour faire fondre les femmes. Un physique parfait, un regard magnétique, un charisme époustouflant, il est drôle et possède des racines italiennes pour la touche latine qui finit d’achever Elisabeth.

J’ai beaucoup aimé leurs dialogues, chaque interaction du couple est plaisante à lire, parce que c’est piquant, subtile, intelligent et drôle. Ils se cherchent, se trouvent et se rejettent, leur passé commun amène cette touche de réalité à leur relation, comme une racine qui les lierait à jamais.

Leur histoire monte crescendo, elle prend du temps et c’est peut-être ce point qui m’a chiffonné, la longueur. Autant par moment j’ai vraiment aimé de les voir interagir, autant des fois les pensées d’Elisabeth m’ont fait soupirer. Il faut aimer ce genre de relation les « je t’aime mais je ne veux pas t’aimer ». Les raisons sont là, ont les comprends mais elles trop poussées à mon gout.

Malgré tout cette histoire est riche, il se passe énormément de choses autour des deux héros, de leur environnement respectif et de leur famille. On découvre un peu plus le club de tricot ainsi que ses membres, et on retrouve Quinn et Janie avec plaisir.

C’est une histoire de seconde chance, de peur et de reconstruction. Une romance sur les difficultés à se laisser emporter et succomber sans penser à se briser.

Le style est toujours bon, les personnalités bien définis et on se laisse facilement embarqué par le rythme donné par l’auteur. L’humour, ce ton qui parait léger mais qui renferme de vraies douleurs apporte beaucoup à cette histoire. Il la rend réel, il fait que ces personnages sont vrais.

En bref, une romance touchante qui ne manque pas de piquant.

Éditeur : MxM Bookmark - Date de parution : 23 aout 2017 - Prix : 25 € - Kindle : 5,99€ - 300 pages.

 

 

f t g m