Copyright 2019 - Site by Misterdan

Summer Angels écrit par Aurélie Chateaux-Martin

Lorsque Gabriel, à quatre ans, rencontre pour la première fois son cousin par alliance, il tombe complètement sous son charme. À peine ont-ils fait connaissance, les deux garçons deviennent inséparables et accros l’un à l’autre. Seulement, à la fin des vacances, arrive le moment de se séparer… Même s’ils savent qu’ils se retrouveront, les deux enfants sont déchirés par cette fatalité.

Les années passent, et les deux enfants deviennent adolescents. Leur affection est toujours aussi forte. Pourtant, un été, quelque chose change en eux. Leur proximité, leurs émotions deviennent plus fortes et plus intenses. Leur amitié se mue peu à peu en une ardeur dévorante et un amour inconditionnel, qu’ils brûlent de consommer.

Mais Eli est musulman et son père le pousse chaque jour à devenir plus pratiquant. Or, Islam et homosexualité sont on ne peut plus antagonistes. Alors que Gabi est persuadé qu’ils sont faits pour être ensemble, Eli vacille et doute. Entre désir et culpabilité, entre passion et Foi, il ne sait que choisir… Et s’il existait une manière de tout concilier, Eli cèderait-il enfin à son besoin de fusion avec l’homme qu’il aime par-dessus tout ?

J’ai découvert l’auteur avec cet opus, et si j’ai aimé sa plume, je reste mitigée sur l’histoire.

Elle commence durant leur enfance, on assiste à leur rencontre, au début de cette amitié fusionnel qui va les accompagner toute leur vie. Eli et Gabi sont fait pour être ensemble et on le sent dès les premières lignes.

La construction de cet amour arrive progressivement au fil de leurs étés passés ensemble et de leur croissance. Leur relation évolue doucement et j’ai trouvé ces moments où l’adolescence entre en jeu, avec son lot d’hormones et de découvertes, parfaitement bien maitrisé. Cela se fait étape par étape, ils apprennent ensemble à découvrir leur corps et ce qu’ils peuvent faire de ce désir qui les submerge. Ils se confrontent à leur sentiment, à l’amour à distance avec l’ardeur qu’on a à seize ans. C’est beau et tendre, excessif comme Gabi alors qu’Eli est plus réservé sur ce qu’il ressent. Ils sont attachants dans leur amour naissant et pourtant évident. Leurs deux personnalités différentes les rendent complémentaires, les silences de l’un sont comblés par l’éloquence de l’autre. Gabi ose, Eli est plus introverti, plus en retrait et pourtant tellement amoureux. C’est la phase qui fait fondre, qui tape au cœur et qui nous fait tourner les pages.

Les difficultés apparaissent lorsque la religion d’Eli se confronte à l‘homosexualité. Et ça partait bien, je trouvais les réactions d’Eli totalement adéquat, ses questionnements ses doutes et ceux de Gabi aussi, mais ce gros problème se résout maladroitement.

C’est un récit à la troisième personne, centrée sur Gabi et Il manque vraiment les pensées d’Eli à ce sujet, sa rencontre avec une certaine personne qui ne nous est pas relaté et qui aurait pu nous ouvrir les yeux tout comme les siens se sont ouverts. Pour quelqu’un avec des convictions aussi fortes, le retournement est assez rapide. Trop rapide et pourtant c’est ce qui fait la complexité de cet amour.

La plume de l’auteur est fluide, addictive, elle nous pousse à tourner les pages pour aller voir ce qu’il va arriver à ce couple, si fusionnel, si attachant et continuer leur aventure de la vie avec eux, tout comme celle des personnages secondaires.

Néanmoins, malgré la première partie plus qu’agréable à lire, le reste m’a déçue. Trop de sexe, vraiment, toutes les cinq pages il y en a. Il n’y a pas de chapitres sans sexe et à la longue c’est lassant. La résolution des problèmes d’Eli un peu trop rapide à mon gout alors que depuis le début du livre j’attendais ce moment, j’attendais de le voir se confronter réellement à sa religion et comment il allait concilier les deux. Et les dialogues, un peu lourd parfois et qui n’apporte pas grand-chose à l’histoire, tout comme le sexe, à petite dose c’est agréable à trop grande c’est lassant.

En bref, un beau début d’histoire servi par une plume agréable, mais un manque de profondeur sur les questions pourtant essentielles dans la seconde partie de ce roman.

Éditeur : Autoédition –Date de parution : Janvier 2018 - Kindle : 4,99 € - 396 pages.

 

f t g m