Copyright 2019 - Site by Misterdan

Club Privé écrit par Gil Debrisac

Xavier, 28 ans, célibataire et héritier d'une belle fortune lui permettant de réaliser ses caprices a pour seule famille, son oncle Grégoire et sa seconde épouse, Claire, dont Xavier est secrètement amoureux. Il faut dire qu'elle est superbe, Claire. Trente-deux ans, blonde, un corps de rêve hyper-sexy et qui a tout deviné des désirs de son neveu à son encontre, tout comme Grégoire d'ailleurs. Ce désir secret sera exacerbé le jour où Xavier surprendra sa jolie tante nue jouir à grands cris dans le divan sous les assauts de Grégoire.

Doté d'une imagination perverse débordante mais aussi d'un machiavélisme diabolique, Xavier ouvre un Club Privé très select, seulement fréquenté par de hauts fonctionnaires, ministres, députés, PDG... Lors de l'inauguration, les deux serveuses, que l'on pourrait prendre pour des jumelles, sont habillées en Bunny Girls. Gwendoline et Sonia sont excitantes dans leur tenue et sourient largement quand les mains de ces messieurs glissent quelques billets dans leur décolleté ravageur.

Après avoir reposé ce livre, je peux clairement affirmer que je ne suis pas le public visé par ce genre de littérature pornographique. Je ne m’attendais pas à un tel déballage de sexe gratuit digne d’un film interdit au moins de 18 ans. N’étant pas la bonne personne pour juger ce style de roman je vais juste dire ce qui m’a déplu que vous soyez conscient de ce que le livre contient.

Je suis amatrice de romance ou roman érotique et surtout de belle plume et là malheureusement je n’ai pas été servie. Vous l’aurez compris il n’y a pas d’histoire juste la réalisation de fantasmes féminins où la jeune femme se fait traiter comme une pute. Soit. Chacun ses choix je les respecte mais c’est pas ma came. Le style de l’auteur est vulgaire et, à mon sens, ni délicat ni poétique. Je suis sûre que ce n’était pas l’effet recherché mais c’est ce que MOI j'ai  ressenti. Cet auteur appelle un chat un chat là ,ça ne me gêne pas mais quand il emploie des mots qui sont à mon avis désuets, comme « con » en parlant du sexe féminin, ou le mot « décharger » pour éjaculation malheureusement cela ne m’excite pas, bien au contraire. Le porno ne me fait ni chaud ni froid surtout lorsqu’il est vulgaire avec des pratiques qui vont loin très loin. Mais justement j’aime voir l’auteur prendre des risques mais à la condition que ces scènes soit sublimées, et là ce n’est pas le cas.

Je vais m’arrêter là, je ne doute pas un seul instant que ce roman trouvera son public, car comme on sait il en faut pour tous les goûts, mais je vais désormais passer mon chemin pour cet auteur.

Blanche – Date de parution : 23 octobre 2014 – Prix : 18 €

f t g m