Copyright 2019 - Site by Misterdan

Au bonheur de ces dames écrit par Angela Behelle

À 18 ans, Jérémy quitte le confort douillet et protecteur de sa campagne normande pour se lancer dans de brillantes études littéraires à Paris. Alors quoi de plus normal pour ce jeune homme passionné de lectures que d'être irrésistiblement attiré par la librairie ancienne qui se situe juste sous ses fenêtres, de l'autre côté de la rue ? Intimidé, hésitant, il attend, puis se décide enfin à pousser la porte. Une clochette qui tinte, un parquet qui craque sous les pas, une odeur de bois, des livres par milliers, et, aux commandes de cette boutique hors du temps, une personne qu'il ne s'attendait pas à trouver là. Un seul regard de Claudia, la voluptueuse libraire qui se cache derrière les étagères suffit pour que la vie de ce jeune puceau provincial bascule définitivement. Fasciné par cette femme mystérieuse qui se propose de faire de lui un homme, Jérémy se soumet, corps et âme, à une lente et savoureuse initiation à tous les plaisirs de la chair. Mais entrer dans l'univers de Claudia signifie également en accepter les règles et les secrets plus nombreux qu'il n'y paraît. Au fur et à mesure qu'il pénètre l'intimité de sa sulfureuse maîtresse, Jérémy comprend qu'il a mis le doigt dans un engrenage aussi sensuel que dangereux. Il n'est cependant pas certain qu'il ait envie de s'y soustraire. Au contraire. Son insatiable appétit d'apprendre le conduit, un livre de Zola sous le bras, à en réclamer toujours plus. Au risque, peut-être, de compromettre son avenir.

Jamais la femme n’a été autant sublimée que sous la plume d’Angela. Je referme ce livre avec le sentiment que la femme est une beauté irréelle, sublime et puissante. Malgré que le narrateur soit un homme (Jéremy), pour moi, le pilier de ce roman est Claudia. Claudia cette femme pulpeuse, magnifique, sure d’elle et hédoniste. Claudia est le souffle qui nous tient en haleine d’un bout à l’autre du roman, j’ai vécu au rythme de ses ordres, de ses soupirs, de ses orgasmes. C’est une femme qui a conscience du pouvoir qu’elle exerce sur les hommes et du bénéfice qu’elle va pouvoir en tirer.

Ce roman est un livre à tiroir, lorsque l’on découvre une facette d’un personnage et de son histoire, il se met en place une facette cachée dont on ne se serait pas douté. Et chaque petit tiroir qui s’ouvrent, nous amènent exactement là où l’auteure veut que l’on soit.

Je ne vous parlerai pas de l’histoire car la quatrième de couverture en dévoile déjà beaucoup trop mais aussi parce que je veux que comme moi vous vous plongiez à corps perdu dans ce roman et vous vous laissiez embarquer par la plume envoutante d’Angela Behelle. En effet je suis restée choquée sur la qualité de l’écriture de l’auteure. Attention ! Dans la Société ou Voisin Voisine c’était déjà merveilleusement bien écrit mais ici… Ici elle est au summum de son art, on ressent le travail derrière chaque mot, chaque phrase.

L’intrigue est, ce que l’on peut appeler, unique en son genre. Tout s’imbrique parfaitement au fur et à mesure du roman sans pour autant que l’on s’attende à ce qui va se passer ! Jamais ! C’est moderne, captivant et totalement sans tabou ! L’auteure va toujours plus loin, cela pourrait choquer mais c’est tellement bien amené et écrit que cela passe tout seul et que l’on comprend les personnages.

Au bonheur de ces dames est un roman qui a dépassé toutes mes espérances, quinze jours après j’en suis encore sous le charme !

Editeur : Blanche - Date de parution : 15 octobre 2015 - 240 pages- Prix : 19,50€

f t g m