Copyright 2019 - Site by Misterdan

Terres d’Écosse – Tome 3 : La fierté d’une femme écrit par Mary Wine

Capturée par Quinton Cameron, la fière Deirdre Chattan tombe sous le charme de ce séduisantHighlander. Pourtant, elle devra trouver la force de le quitter.

C’était prometteur… Nous n’étions qu’un siècle après mon époque préférée concernant les kiltlits… Car j’avoue que passé le XV° siècle, je perds énormément d’intérêt pour ma lecture, sauf exception. Donc là, ça allait encore, surtout que dans l’ensemble, l’auteur avait l’air assez documentée.

Jusqu’à ce qu’elle parle de kilt. Justement. Bon, c’est LE détail qui m’agace et que personne ne remarque, mais j’assume. Pas de kilt à cette époque, les gars. Des plaids, oui. Des kilts, c’est anachronique. Et quand on choisit une époque pour raconter une histoire, c’est pas mal de coller au contexte un minimum. Bref, passons.

L’héroïne est de ces héroïnes que j’ai envie de frapper. Elle est « victime » de son corps, ses réactions, en résumé : de ses hormones. Et non, elle n’a pas 14 ans donc aucune excuse. Et elle lutte, bon sang, elle lutte… On a droit à des monologues intérieurs absolument soporifiques sur sa lutte parce que le laird qui lui fait des avances, il est hot baby… Mais elle doit résister. Comprenez, elle a déjà fauté une fois en prenant un amant, qui lui a fait croire qu’il allait l’épouser, le gredin… Alors qu’il voulait juste faire d’elle une fille perdue. Et elle, donc, elle n’a plus envie qu’on lui retende ce piège. Sauf que… la moitié du livre elle lutte et BAM elle cède. D’un coup. Sans avoir vraiment résisté physiquement (car c’est surtout dans sa tête qu’elle lutte, hein…) Et à partir de là, j’ai décroché.

Les scènes érotiques sont insipides, forcées, bla bla bla. Autant ne pas en mettre, franchement, dans un historique on s’en passe. Et puis l’histoire, bien qu’on ne s’attende pas non plus à un suspense de folie (on est dans de la romance, pas dans un thriller, soyons honnêtes), est mal menée. Très mal menée. Tous les lapins qui sortent du chapeau pour arranger l’auteur, c’est si peu subtil que ça en devient ridicule.

En bref, ce n’est pas une auteur que j’ai envie de suivre. Je me suis ennuyée. Et 416 pages d’ennui, c’est long.

J’ai lu pour elle– Date de parution : 21 octobre 2015 – Prix : 7,40 € - 416 pages - Acheter sur J'ai Lu Pour elle.com

 

f t g m