Copyright 2019 - Site by Misterdan

Les infortunes conjugales – Tome 2 : L’embarras du duc écrit par Callie Hutton

zoom

Angleterre, 1814.

Drake, duc deManchester, désire une femme posée, sophistiquée, digne du titre de duchesse et qui surtout ne recherche pas l'inutile émotion qu'est l'amour. 

Socialement maladroite, Miss Penelope Clayton n'est pas faite pour le mariage. Botaniste sérieuse, elle n'a aucune envie de semarier, et vit comme une contrainte le fait d'être forcée par son tuteur à participer à la saison mondaine pour se trouver un mari. Et il ne faut surtout pas qu'on apprenne qu'elle se fait passer pour un homme auprès de la communauté scientifique... 

Alors que la famille de Drake amorce la transformation de Penelope, le duc se voit obligé d'introduire la jeune femme dans la société et de la présenter aux possibles candidats célibataires. Malgré les leçons de danse et les nouvelles toilettes, Penelope est à l'opposé même de la femme posée et sophistiquée, trébuchant d'un faux pas à un autre. 

Pourquoi alors le duc trouve-t-il si difficile de lui résister ?

Je ne connaissais pas cette auteure, mais je dois reconnaître que ça ne me manquait pas vraiment. Est-ce un souci de traduction ? Non, je ne pense pas. Car l’histoire elle-même m’a fait souvent lever les yeux au ciel.

Pourtant, je suis habituée aux romances historiques. J’aime beaucoup ça, d’ailleurs. Or là, je n’ai pas retrouvé ce qui me séduit dans ces histoires.

Le ton, assez niais, m’a d’abord laissée de marbre. Je me suis ennuyée et je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages ni même à croire à ce que l’auteure nous raconte. Qui est pourtant un schéma assez classique, au final, et que j’ai d’ailleurs déjà lu chez une autre auteure. J’avais adoré alors le roman qui traitait du même sujet. Là… Pas du tout.

C’est donc niais, ça se traîne particulièrement en longueurs avec rien qui ne donne franchement envie de tourner les pages. C’est dommage, car le sujet de la femme à l’opposé de la frivolité, qui s’intéresse aux sciences et fait partie de ces figures féminines rares mais qui étaient fortement avant-gardistes, c’est un sujet qui peut vraiment me plaire.

En bref, il est possible de lire ce type de récit bien mieux mené. J’ai vraiment eu un souci à la fois de style et de fond également.

Charleston– Collection Diva – Date de parution : 17 juin 2016 – Prix : 7,99 € - 336 pages

f t g m