Copyright 2019 - Site by Misterdan

Le chien de Don Quichotte écrit par Pia Petersen

Hugo est le porte-flingue heureux d'un patron véreux. Une vie bien réglée, qui bascule furieusement quand un prêtre imbibé jusqu'à l'os donne à Hugo un livre, dont le héros est un homme bon, prêt à tout pour protéger les faibles. Cette lecture bouleverse Hugo : lui aussi veut faire le bien. Il ne veut plus tuer. Oui, mais voilà, il n'est pas simple de protéger les gens quand on a pour mission de dézinguer... Et cette bande de hackers, les "vendredis 13" ne lui facilitent pas la tâche : en piratant les comptes de son patron, ils déclarent la guerre ouverte. Les hostilités doivent commencer.

 

Quelle galère. Hugo est 'archétype de 'agent de sécurité, tueur à gages à ses heures : froid, sans états d’âme, avec une confiance aveugle en son patron véreux. Un jour cependant, il croise la route d’un prêtre alcoolique, qui glisse dans sa poche Don Quichotte ; il se retrouve également nanti d’un chiot qui vient se coller à lui – après qu’il ait liquidé son maître. Et voilà notre homme qui se découvre une conscience et une volonté de changer de vie pour faire désormais le bien, et ne plus tuer. Ceci étant dit, il se rend vite compte qu’il n’est pas si facile de changer de vie (surtout quand on exerce un métier aussi particulier que le sien) et comme en prime, Hugo ne brille pas par son intelligence, ses tentatives vont tourner au fiasco ! Avis au lecteur imprudent : si tu veux te régaler de ce bouquin, oublie le premier degré au vestiaire ! Les personnages sont stéréotypés, ce pauvre Hugo souvent ridicule en mère poule pour son chiot, et en imbécile heureux qui va de cafouillage en cafouillage. Le grand patron est un vrai grand méchant, et les hackers des gamins idéalistes et très naïfs. La conversion du tueur n’est guère plausible, et on sent bien que l’auteur a plutôt voulu écrire une sorte de fable philosophique qu’une histoire cohérente. Le chien de Don Quichotte est un livre déjanté, où l’on s’amuse bien, même si l’effet de répétition devient un peu lassant parfois. Toutefois, dans ce roman court, les péripéties s’enchaînent à toute allure, et si l’on rit souvent, la noirceur pointe sous le comique, jusqu’à un final délirant et finalement assez dur. Une jolie découverte, pour les amateurs d’absurde !

Éditeur : Pocket – Collection : Pocket Thriller - Date de parutions : 10 décembre 2015 - Prix : 5,80 €.

f t g m