Copyright 2019 - Site by Misterdan

Cadran écrit par Sébastien Bouchery

Cadran  - Sébastien Bouchery

Imaginez : du jour au lendemain, votre femme, vos parents, vos collègues voient en vous un parfait inconnu… Et pourtant leur vie est entre vos mains. Bienvenue en enfer.

Alors qu’il assiste aux funérailles de son frère, Tony Stovac, assureur sans histoires, reçoit le coup de fil d’un client important qui lui réclame un dossier. Il accepte de faire un crochet jusqu’à son agence… Si ce n’est que sur place, aucun de ses collègues ne semble le reconnaître. Pire, il est violemment expulsé par la sécurité. Ses parents, son meilleur ami, sa femme… il n’existe plus pour personne. Chez lui, c’est un parfait inconnu qui répond au nom de Tony Stovac.
Plongé dans ce cauchemar absurde, il reçoit l’appel d’un mystérieux interlocuteur. Tony a en sa possession quelque chose que celui-ci convoite. Il a 24 heures pour lui remettre cet objet dont il ne sait rien, avant que l’homme ne s’en prenne à ses proches.

Quand on m'a proposée la lecture de ce roman j'ai été curieuse. Les mots de l'auteur sont justes, sans fautes de goût. Il fait preuve d'humour et m'a fait avancer avec plaisir dans ce roman surprenant. Dès les premières lignes, nous sommes tout de suite plongés dans la journée cauchemardesque d'Antony Stovak.

La manière dont l'auteur aborde le deuil, est appropriée. Il a su observé les différentes manières dont les gens vivent de tels événements et les retranscrire : dignité des parents souffrant de la perte d'un enfant, veuve épuisée cherchant à sauver la face, entourage à côté de la plaque ne comprenant pas qu'on leur demande un petit service comme reconduire quelqu'un pour rester auprès de ses parents. Certes la veuve aussi à besoin d'être soutenue, mais on ne peut pas se couper en deux et le choix de rester auprès de ses parents et pleurer la perte de son frère me semble compréhensible.

La narration se fait du point de vue du personnage principal. Il se montre fort, essaie de ne pas sombrer dans la tristesse et le désespoir afin de soutenir les siens. Mais les répétitions dans la narration : des phrases débutants par les mots qui ont fini la phrase précédente, sont la preuve du choc émotionnel qu'il subit. Elles sont volontaires et appropriées. Il doit effectuer un travail exigeant où son principal client, compatissant en surface, pourrait le lâcher si, malgré les circonstances, il ne reçoit pas des documents importants, qu'il aurait dû demander bien plus tôt.

Et là il doit faire un choix : donner la priorité à sa famille ou à son travail.

Antony, ayant choisi le travail, se voit plonger dans une sorte de réalité alternée : on ne le reconnaît pas à son lieu de travail, alors qu'il y est passé sept heures plus tôt ; il se fait tabasser par un service de sécurité qui, le matin même, n'existait pas ; ses clés ne lui permettent plus de rentrer chez lui et on le menace de se faire tirer dessus s'il prend contact avec la police...

Si au début il croit à une farce, cela va vite beaucoup trop loin à son goût et il est totalement perdu.

Je sais, je sais. Je ne vous en dis pas beaucoup plus que le résumé, mais avouez que ça vous donne envie de comprendre ce qui se passe à vous aussi.

France Loisir - Date de parution : octobre 2016 - 336 pages - Prix : 15.99€

Vous pouvez profiter d'une nouvelle offre d'abonnement sur le site France Loisirs : 2 livres pour 1€ chacun dont Cadran ! Suivez le lien !

 

f t g m