Copyright 2019 - Site by Misterdan

La visiteuse de prison et le Grammar Nazi écrit par Frédéric Soulier

Un thriller de 15 900 mots. Une jeune femme se prend de passion pour un tueur en série très à cheval sur l'orthographe : le Grammar Nazi. Hélas, Laurine manque de culture, mais elle va tout faire pour se rapprocher de lui. Quand on veut, on peut.

Voilà une nouvelle qui nous plonge directement dans les méandres de la vie de Laurine. On suit la jeune femme en quête d’amour et d’attention qui va vouer une fascination à un tueur en série. La jeune femme qui voit en lui l’homme idéal, va tout faire pour attirer son attention et entrer en contact avec lui.

C’est superbement écrit, l’auteur manie les mots avec justesse, alliant sarcasme et tendresse à la perfection.

On se prend au jeu de Laurine, on suit son avancée en se demandant jusqu’où elle pourrait aller pour se lier à cet homme, incarcéré pour des crimes relativement horribles. On a tous entendue parler de ces femmes qui s’éprennent d’un tueur, violeur en série en se demandant comment c’est possible. Début de réponses dans cette nouvelle, où la personnalité des protagonistes sonne juste. Lui est terriblement imbus de sa personne, persuadé d’être le sauveur de l’orthographe, il n’hésite pas à débèqueter sa haine sur ses congénères, tels un Jean-Pierre Coffe de la culture. Elle, perdue, seule, qui a connu des déboires amoureux, elle a un grand besoin d’attention et fera tout pour en obtenir de son idole.

J’ai beaucoup aimé cette nouvelle, ce thriller réaliste, cette aventure dans la tête de cette jeune femme perdue. J’ai ri et frissonner en me demandant jusqu’où l’envie d’amour pouvait conduire.

En bref, une plume aiguisée pour une histoire troublante, qui nous fait nous questionner sur les limites de nos sentiments.

Éditeur : Auto-Edition - Date de parution : 2017- Kindle : 0,99 € - 55 pages.

f t g m