Copyright 2019 - Site by Misterdan

La vengeance d'une maitresse écrit par Tamar Cohen



la vengeance dune mac3aetresse

Tamar Cohen a vécu un peu partout dans le monde et exercé presque tous les métiers professeure d'anglais à Madrid, secrétaire à Londres, journaliste pour Marie Claire ou The Times avant de se lancer dans l'écriture, riche de cette vie d'aventure. La Vengeance d'une maîtresse, son premier roman, a connu un véritable succès et Tamar Cohen s'est depuis spécialisée dans l'écriture de thrillers. Elle est membre de Killer Women, un prestigieux collectif d'auteures de romans noirs, basé à Londres.
 

Après cinq années de passion secrète, Clive quitte Sally pour se consacrer à sa famille, laissant Sally en chute libre. Tout commence par une promenade innocente devant chez lui, une petite visite à la brasserie où travaille son fils. Puis Sally se met à épier la femme et la fille de Clive sur Facebook. Mais rien de grave, n'est-ce pas ? Tout le monde fait ça, non ?
Jamais, depuis Liaison Fatale, les répercussions d'un adultère n'avaient été exposées de façon si dérangeante et pleine d'humour noir. Un premier roman particulièrement prometteur. Car après tout, qui n'a jamais rencontré de femme tout à fait normale qui a perdu la raison après avoir eu le coeur brisé ?

J'étais ravie de tenir enfin entre mes mains la nouvelle parution des éditions Charleston Noir et c'est sans attendre que je me suis lancée dans ce roman si alléchant.
Il débute par cette citation qui donne le ton : "Ne jamais avoir de liaison avec quelqu'un qui a moins à perdre que vous…"
L'auteure décide alors de donner la parole à son héroïne (anti-héroïne pour être exacte) sous forme de journal, écrit à son ex-amant qui l'a laissée tomber.
Au fil des pages on découvre leur histoire, leurs vies, puisqu'elle alterne présent et passé avec brio. C'est plein de rancoeur et de nostalgie. L'ambiance se veut malsaine, je me suis un peu sentie "voyeuse". On entre dans la tête de Sally, et quelle descente aux enfers... On la voit perdre pieds totalement, se cloîtrer dans sa liaison qui n'en est plus une... Elle refuse l'évidence... car elle l'aimait, elle aime un homme malsain qui l'a tout simplement malmenée, tourmentée. Elle avait des projets pour eux... elle était "heureuse" de s'imaginer enfin vivre avec lui et non rester à jamais sa chose cachée dont il pouvait jouir comme bon lui semblait, quand bon lui semblait. Et lorsqu'il a mis un terme à leur double relation adultère (car Sally est mariée et a deux enfants également) elle n'a pas su l'accepter, elle ne sait pas comment y faire face et sombre dangereusement...
On ressent au fond une vraie volonté de sa part de s'en sortir mais on constate surtout ses actes incontrôlables... Elle ne pense qu'à lui, encore et toujours.
Sa vie lui échappe elle devient complètement folle à cause de cette relation toxique qui l'a détruite mais dont elle ne sait pas sortir pour se retrouver.
Entre visites chez le psy, prises de médicaments et stratagèmes en tous genres pour espionner son ex et sa famille et carrément devenir leur proche, elle n'y va pas de main morte ! J'en étais souvent toute retournée avec une terrible envie de me ronger les ongles.
On pleure presque de voir qu'à côté de tout ça et de son obsession elle a une vraie famille... qu'elle refuse de voir et qu'elle néglige complètement.
C'est finalement très bien écrit et diablement bien fait. J'ai été happée dans le récit de la première à la dernière page.
La morale du livre, très forte et poignante, prouve que l'amour n'est pas toujours un "bon" sentiment et que n'importe qui peut en souffrir, il suffit juste de tomber sur la mauvaise personne...
La fin est splendide, le retournement de situation est vraiment bien pensé et clôt cette histoire machiavélique avec délice.
Si ce récit a quelque peu fait écho avec une de mes propres expériences récentes et raviver quelques blessures, j'ai vraiment aimé cette lecture (qui au final m'a aussi permis de relativiser). Je deviens accro à cette collection Charleston Noir, vivement le prochain. 
Le premier roman de cette auteure, original et addictif, est donc très prometteur et j'ai bien hâte d'en lire d'autres.

Éditeur : Charleston Noir - Date de publication : 21 août 2018 - Traduit de l’anglais par Eva Roques - 400 pages - Prix : 8€50

f t g m