Copyright 2019 - Site by Misterdan

Lettres d’amour de 0 à 10 écrit par Susie Morgenstern

Ernest a dix ans. Dix ans de vide : sa mère est morte le jour de sa naissance et son père a disparu. Dix ans d'ennui : sa vie avec sa grand-mère, prénommée Précieuse, n'a rien de très exaltant : école, goûter, devoirs, soupe. Pas de téléphone, pas de télévision. Seule distraction : une mystérieuse lettre que le grand-père d'Ernest avait envoyée du front pendant la guerre, une lettre indéchiffrable. Ernest est bon élève, solitaire et taciturne, pour ne pas dire muet. Jusqu'au jour où Victoire de Montardent arrive dans sa classe et jette son dévolu sur lui. Car Ernest est beau, ce que les autres filles de la classe avaient déjà remarqué...

Impossible de ne pas se laisser embarquer par cette histoire qui nous parle de l’enfance, de la solitude, de l’abandon, de l’amitié. Ernest vit seul avec Précieuse, sa grand-mère, très vieille dame emmurée dans sa solitude et son chagrin, et Germaine, l’employée à tout faire, presque aussi vieille. Sa seule distraction : l’école où il est excellent élève. A la maison, pas de téléphone, pas de télévision, pas de distractions. Ernest n’est pas malheureux, il n’est pas heureux non plus, il se laisse seulement porter. A l’école il n’a ni ami ni ennemi, il se contente de travailler. L’arrivée de Victoire va bouleverser cette petite vie bien tranquille. Car la petite fille, dotée d’un caractère bien trempé, seule fille d’une fratrie de quatorze enfants, se retrouve partager le bureau d’Ernest à l’école et jette son dévolu sur lui. Il est alors emporté par un tourbillon qu’il n’avait pas prévu !

J’ai adoré le contraste entre les deux vies des enfants, l’énergie de Victoire, la découverte de l’enfance et de la vie par Ernest. C’est toujours touchant, parfois très drôle, parfois un peu triste, comme la vie finalement.

Ce magnifique roman a paru pour la première fois en … 1996 ! Prix Totem roman à sa sortie, il a collectionné les récompenses : Prix « Chronos » 1997, le Prix « Goya découverte » 1997, le Prix « Lire au collège » 1997, le Prix « Graines de lecteurs » (bibliothèque de Billère), le Prix « Bobigneries » 1998 et le Prix littéraire des écoles de Belgique, le Prix « 1000 Jeunes Lecteurs » 1997, en tous une bonne vingtaine de prix. Réédité en 2014 dans la collection Neuf, il ressort cette année en Neuf Poche. L’occasion pour toutes celles et ceux qui ne le connaissent pas encore de le découvrir.

Susie Morgenstern vit à Nice où elle a enseigné l’anglais à la faculté de Sophia-Antipolis jusqu'en 2005. Après avoir fêté le 18 mars 2005, au Salon du livre de Paris, "Soixante ans, soixante livres!" comme elle se plaît elle-même à le dire, elle poursuit sa carrière de globe-trotter-porte-parole de la littérature pour la jeunesse...
A seize ans Susie Morgenstern se trouvait moche, rêvait d'amour absolu, et elle était, avec sa contrebasse, la première fille du monde admise dans le jazz-band de son lycée américain. Aujourd'hui, grand-mère et écrivain reconnu, Susie n'a pas renié grand-chose de ses seize ans...Toujours cette même façon de foncer, dans la plus élégante discrétion, qui l'a fait devenir successivement rédactrice en chef du journal de son lycée, épouse comblée de son premier amour, repéré au premier regard au restau U de l'université de Jérusalem, et auteur d'un grand nombre de livres pour la jeunesse.

J’aime particulièrement chez elle, le regard qu’elle porte sur les petites filles qui, à son image, sont modernes et dynamiques.

Éditeur : L’Ecole des Loisirs – Collection : Neuf poche – Date de parution : 7 février 2018 – 172 pages - Prix : 6,80 €

f t g m