Copyright 2019 - Site by Misterdan

Alice Crane - Tome 2 : Les Anciens dieux écrit par N. M. Zimmermann

http://www.seuil.com/images/couv/b/9791023504491.jpg

 « Depuis qu’elle a découvert l’existence des corbusards, Alice Crane travaille dans les laboratoires de l’Organisation pour percer leur mystère.

Tiraillée entre les intérêts des humains et ceux des créatures surnaturelles, elle accumule peu à peu mensonges et trahisons qui pourraient bien causer sa perte. Et celle de ceux qui l’entourent.

Mais une attaque visant l’Organisation fait voler en éclat le fragile équilibre qu’elle était parvenue à maintenir.

Des secrets sont révélés, d’anciens dieux s’apprêtent à ressurgir ; une guerre se prépare et chacun doit maintenant choisir son camp…»

Nous retrouvons Alice quelques temps après qu’elle ait officiellement rejoint l’Organisation sous la menace de Keryam, l’héritier de la famille qui contrôle la dite organisation. Démétrius, le plus puissant corbusard de la ville (corbusard = créatures surnaturelles de tout poil… ou écailles…) la guérit du poison injecté en elle par Keryam et lui propose de jouer les agents doubles.

 

Nous en apprenons plus dans ce tome sur ce qui motive les puissants de cette chronique surnaturelle.

 

D’une part nous avons Keryam, sensé être une sorte de réincarnation d’un dieu et qui souhaite sublimer plus encore son état. A cette fin, il utilise les talents de biologiste d’Alice afin de décortiquer le génome des corbusards qu’il lui amène régulièrement.

 

De l’autre côté, elle travaille officiellement pour l’association qu’elle suspecte de ne pas vouloir guérir les corbusards de leur situation mais plutôt d’utiliser ses travaux afin de mettre au point un moyen d’éradication drastique.

 

Et en dernière partie, le plus puissant vampire lui demande de lui rendre compte de tous les progrès qu’elle effectue dans un but encore obscur.

 

C’est dans ce cadre que l’Organisation essuie une effraction et un attentat diversion permettant à ses commanditaires d’effectuer un rapt au domicile même de la famille Fara (la famille dirigeante de l’Organisation). S’y retrouve mêlé Alice (ben oui, c’est tout de même son nom que porte la série) et James Flynn que l’on a découvert dans le tome 1 et qui est l’archétype du mec ténébreux et baroudeur.

 

Ce dernier a rejoint l’Organisation afin de retrouver son jeune frère Gaspard disparu quelques mois plus tôt avec sa coéquipière. Ils ont, avec Alice, développé des rapports étroits (mais pas encore romantiques) et se font relativement confiance compte tenu de l’environnement dans lequel ils évoluent.

 

Alice a rencontré Saralyn Fara, (l’équipière de Gaspard Flynn) à la fin du tome 1. Cette dernière, désorientée, semble avoir tout oublié et Keryam apprend à Alice que c’est à cause de la famille Fara qu’elle est dans cet état là.

 

C’est justement elle la cible du rapt à la propriété Fara. Alice s’y retrouve bien évidemment jusqu’au cou et elle finit par avoir le fin mot de l’histoire.

 

ATTENTION ! à partir d’ici ne lisez plus si vous désirez découvrir le tome dans son suspens intégral ! Allez directement au paragraphe qui commence par OR DONC et qui traitera de la structure du livre.

C’est Gaspard Flynn lui-même qui a orchestré l’attaque sur le siège de l’organistaion puis sur la résidence des Fara afin de sauver Saralyn. Or ses plans sont tombés à l’eau à cause d’Alice qui ignorant ces faits a appelé Démétrius à l’aide. Ce dernier, accompagné de Cal et Lorenzo (le dirigeant vampire d’Edencity, épris de Saralyn) déjoue le premier enlèvement mais sont le second.

En effet Démétrius souhaitait depuis le début enlever Saralyn Fara. Plus encore, il souhaitait les travaux qu’Alice a effectué pour Keryam afin de contrer ce dernier car il se trouve que Saralyn est comme lui : Une déesse. Il veut donc lui révéler son potentiel puis l’exacerber comme Keryam le souhait pour lui-même.

Mais si ce dernier compte sur une mixité avec une gargouille, le vampire compte lui sur une mixité avec un loup-garou et c’est ici que James intervient. On apprend que les blessures qu’Alice lui recoud depuis des mois lui sont infligées par ses propres soins. James est un loup-garou. Cela explique ses capacités physiques hors du commun.

Le livre se termine sur un huit clos réunissant Lorenzo, Démétrius, Cal, James, son frère Gaspard, Alice et Saralyn qui rejette sa vraie personnalité tant on a joué avec sa psyché en l’effaçant bien trop souvent.

 

OR DONC !

Ce livre a pas mal d’atouts :

  • Les personnages, bien que simples sont très efficaces. Ils n’y a pas de torturés compliqués aux actions sans queue ni tête. On regrettera éventuellement de ne pas subir les frasques de Keryam et de ne pas aller plus avant dans les personnalités de Justin et Laura ses parents afin de mieux comprendre leurs rapports avec ce dernier psychopathe.
  • Le rythme est soutenu et ils se passe un grand nombre de choses dans une intervalle assez réduite ce qui permet de nous garder en haleine : incursion, explosion, diversion, enlèvement, secours puis non en fait pas secours…
  • Rebondissements divers et révélations se voulant fracassantes.

Néanmoins, il y a tout de même quelques points noirs qui font pendant à chacun de ces points positifs :

  • Justement les personnages sont peut-être trop simples ou à défaut, on aurait en avoir un peu plus sur eux. Quelques pages peut-être ?
  • Le rythme est hyper soutenu, c’est certes très plaisant mais pour le coup, le livre fini quelque peu abruptement et on reste sur notre faim
  • Les rebondissements vont de pairs avec le premier point mis en exergue ici, ça manque de développement afin de bien poser les choses même sans en faire complètement le tour. Quelques lignes seulement pour évoquer le retour de Gaspard ou l’état de James sont un panorama trop rapide.

Je chipote un peu et on pourrait dire que c’est justement pour étayer tout ceci dans les prochains volumes car au final c’est un livre assez plaisant et un univers plutôt maitrisé. Je suis pour ma part quelque peu déçu de ne pas retrouver tout ce contexte d’urbanfantasy que j’avais découvert dans le premier tome. On est limité à trois lieux ici et on perd un peu en folklore.

J’ai peur que dans le prochain tome qui s’annonce plus guerrier que les deux premiers, on ait droit à moins de contexte encore. J’ai peur de verser trop dans l’action.

Mais je fais néanmoins confiance à Zimmermann qui m’a ici fait passer un bon moment.

Éditeur : Editions du Seuil – Date de parution : 12 Mars 2015 – 367 pages - Prix : 20€

f t g m