Copyright 2019 - Site by Misterdan

The Girl at Midnight - Tome 1 : De plumes et de feu écrit par Melissa Grey

Sous les rues de New York couve une guerre ancestrale entre les hommes-oiseaux et les hommes-dragons. Seule Écho, une jeune orpheline, pourrait y mettre fin. Pour cela elle doit trouver l’oiseau de feu, un artefact que l’on dit chargé d’un immense pouvoir. Mais elle n’est pas la seule à le convoiter. Caius, l’étrange jeune homme qui accepte de l’aider, pourrait être le plus grand danger qu’elle devra affronter.

J'ai très vite entendu parler de ce livre un peu avant sa sortie. Ce dernier n'ayant que de bons retours, j'étais forcément curieuse de le découvrir à mon tour.

Je ne vais pas vous le cacher, j'ai pourtant eu énormément de mal à rentrer dans l'histoire. Non pas que celle-ci soit défaillante, au contraire. L'auteur pose les bases d'un univers immensément riche, plein de poésie et de magie. Mais j'ai en fait éprouvé beaucoup de difficultés à me représenter les deux peuples évoqués : les Avicens, peuple mi-oiseau, et les Drakharins, mi-dragon. C'est simple, je n'arrive pas à imaginer ces créatures, et à partir de ce fait, j'ai eu beaucoup de problèmes à entrer pleinement dans une histoire qui me paraissait tout simplement abstraite.

J'ai quand même persisté dans ma lecture, et grand bien m'a pris. Car une fois passé le premier tiers, l'histoire se lance véritablement et les rebondissements s'enchainent. Je n'ai plus trop cherché à me représenter les plumes ou les écailles, mais j'ai tout simplement profité de la qualité exceptionnelle du récit.

Et quelle histoire ! Dans la même veine que La cité des Ténèbres, Melissa Grey pose ici les contours d'un univers magique caché aux yeux des humains, mais aussi en totale cohabitation avec ce dernier. J'ai adoré la mythologie qu'a su créer et mettre en place l'auteur, tout comme la prophétie de l'Oiseau de Feu. Et même si j'ai pu deviner quelques révélations, j'avoue avoir été agréablement surprise par la tournure que prirent les évènements..

J'ai énormément apprécié Echo. C'est une jeune fille forte, indépendante et sûre d'elle, mais qui cache une fragilité et un besoin de se sentir aimé par son peuple adoptif. Un besoin qui crée de profondes blessures en elle et qui influence irrémédiablement ses actes. Au delà de cela, elle a un humour totalement décapant, plein de fraicheur et de pétillant. Et ses jeux de mots étrangers sont un véritable petit plus qui renforce son personnage. Le pouvoir des noms, une véritable destinée...

Melissa Grey ne lésine pas non plus sur les décors et n'hésite pas à nous embarquer aux quatre coins du globe. C'est avec plaisir d'ailleurs que la strasbourgeoise que je suis a vu sa ville mise en avant dans cette aventure ! De même, j'ai savouré chaque page avec délice, et tout ne devient que pur ravissement. Je suis définitivement conquise par la plume de l'auteur et la facilité avec laquelle on avance dans l'histoire. Un véritable régal !

La fin de l'histoire annonce une suite où Echo sera indubitablement encore plus sur le devant de la scène. Elle va devoir faire des choix qui influenceront sans aucun doute l'avenir des peuples avicen et drakharin. Si j'ai éprouvé des difficultés à entrer dans l'histoire, je suis bien contente d'avoir insisté pour découvrir cette jolie petite pépite.

Pour conclure, The Girl at Midnight est définitivement une série à suivre. Je suis amplement satisfaite de ma lecture, et j'ai pris plaisir à découvrir cet univers original. Je serai par contre bien curieuse de voir un jour à quoi ressemblent les avicens et les drakharins parce que, de ce côté là, j'avoue que mon imagination m'aura fait cruellement défaut...

Éditions Pocket Jeunesse - Date de parution : 18 juin 2015 - Prix : 17.90 € - 338 pages

f t g m