Copyright 2019 - Site by Misterdan

A comme Association – Tome 7 : Car nos cœurs sont hantés écrit par Erik L’Homme


 
«Jasper n'en a pas fini avec les ennuis. Nouvel ennemi public numéro un, il est pourchassé par des Anormaux enragés, un Mage rancunier et même des membres de l'Association... Heureusement, quand tout le monde lui tourne le dos, Nina est toujours là ! »

Je ne m’en lasse pas. Comme à son habitude, Erik L’Homme sait nous emmener dans l’univers de ses personnages. Certes le rythme des livres de cette collection y est pour quelque chose mais ce serait manquer de respecter au talent de l’auteur de tout mettre sur le compte de la construction hyper dynamique de A comme Association. Bien que… Ben oui, c’est lui qui en est responsable, du rythme.

Faisons un petit récapitulatif rapide. L’Association est une… association oui.

Bref, une structure qui vise à réguler les activités des Anormaux : Loups-garous de tout poils, Vampires au dents longues, Sorciers prestidi-agitateurs et autres créatures de cet acabit. (Non ma voisine n’est pas un troll malgré son odeur). Pour ce faire, l’Association forme des Agents et nous suivons les pérégrinations de deux de ses stagiaires : Ombe (Blonde à la plastique démoniaque et aux coups mortels) et Jasper (malin sorcier qui digresse plus souvent qu’il n’agresse).

Il se trouvent qu’en ce moment rien ne va plus : Alliances contre nature, projets ténébreux et chamboulement de l’équilibre entre les Anormaux et la plèbe des pauvres mortels. Et au centre de ce méli-mélo héraldique se trouvent nos deux agents stagiaires que l’on essaie copieusement de déglinguer. Il se trouve que Ombe finit par se faire avoir. (Ah oui ? Vraiment ? PAS TOUT A FAIT MON GARS ! AH !)

Dans ce tome à s’approche de la résolution de l’énigme avec moult révélations qui, bien que tonitruantes, nous laisseront sur notre faim. En effet, les conjectures se font nombreuses et les hypothèses les suivent de près. On suppute, on théorise, on subodore ! Voilà un bon point pour la série car à mon sens, un livre qui parvient à nous faire nous immerger assez pour que l’on se prenne au jeu avec vigueur est un livre qui mérite d’être lu.

En dehors de l’intrigue, je me dois de vous dire que l’univers Urban Fantasy est très bien rendu et bien assez fourni pour un livre destiné à un public adolescent. On croirait pouvoir croiser Hellboy au détour d’une rue. L’intégration des éléments ésotériques dans un quotidien usuel offre un réel cachet d’authenticité.

J’avoue aussi qu’un peu de chauvinisme n’est pas mauvais pour la santé, ainsi j’ai apprécié une histoire qui se passe à Paris, lieu riche d’Histoire et de possibilités : Gargouilles, Catacombes, bâtisses sans âge etc. Un véritable garde-manger pour l’imaginaire.

Je vais maintenant parler du style de cet opus-ci. On vit l’histoire à travers les yeux de Jasper, jeune sorcier doué avec la magie, miteux avec les filles. On voit l’action par ses yeux et l’on partage ses pensées les plus intimes, on se plaît à lire ses digressions et ses jeux de mots bien souvent aussi habiles qu’un footballeur unijambiste. Disons simplement qu’il est touchant parce que vulnérable et plein de doutes, exactement comme un ado quoi.

Comme ses prédécesseurs, ce livre se lit d’un trait et j’avoue sans honte qu’une édition regroupant tous les livres ne serait pas une production superflue, une belle édition illustrée… Ah…

J’aime A Comme Association, beaucoup, et je trouve que le plus bel hommage fait à Pierre Botéro, qui a co-créé cette série avec Eric L’Homme et a disparu dans un tragique accident, est la réussite totale de cet univers que je ne peux que vous conseiller.

C’est à la fois frais, sombre, tendu et nonchalant, plein d’action mais ça respire aussi, Drôle et dramatique… C’est complet et très très goûteux.

Moi J’adore !

Folio Junio - Date de parution : 16 septembre 2015 - Prix : 5.60€ - 186pages

f t g m