Copyright 2019 - Site by Misterdan

Rouille écrit par Floriane Soulas

Paris, 1897. Les plus grandes puissances européennes se sont lancées à l’assaut de la Lune et de nouveaux matériaux découverts sur le satellite envahissent peu à peu la Terre. Ces grandes avancées scientifiques révolutionnent l’industrie et la médecine, mais pas pour tout le monde. Et dans les faubourgs, loin de l’hyper-centre protégé par le dôme sous lequel vivent les puissants, le petit peuple de Paris survit tant bien que mal. Violante est une prostituée sans mémoire, ignorant jusqu’à son âge réel. Dans un monde où son désir de vérité passe après celui de ses clients et de ses patrons, la jeune fille tente de retrouver la trace de ses origines perdues. Alors qu’une vague de meurtres particulièrement horribles ensanglante la capitale, Satine, son amie et seul soutien, disparait dans d’étranges circonstances. Violante, elle, se voit offrir une porte de sortie à ce demi-monde violent qui la retient prisonnière, mais décide malgré tout de prendre part aux investigations.

Dans cette uchronie, la lune est colonisée, on se déplace en dirigeable, la bio-mécanique est à l'honneur, du moins pour ceux qui en ont les moyens. Nous sommes ici dans un univers totalement steampunk et j'ai totalement adhéré avec ce décor brossé par l'auteure.
L'histoire, si elle reste convenue, une jeune fille amnésique dont on subodore vite la haute naissance et dont on se doute qu'elle retrouvera sa place, est plutôt bien écrite, avec ce qu'il faut de suspense au bon moment, sans trop d'incohérences majeures. Les personnages, à commencer par la jeune Violante, sont attachants et bien campés, avec une mention pour les enfants perdus de la décharge.

J'ai pourtant regretté que l'auteure n'aille pas plus loin dans son histoire et livre une version trop édulcorée. Violante est une prostituée, mais en fait cela ne se voit guère à la lecture. Enfermée dans une maison close, elle sort cependant à volonté. Sa maquerelle et son souteneur ne réagissent pas comme leur statut l'imposerait. J'ai un peu regretté que l'histoire ne soit pas plus glauque, plus noire, ce qui lui aurait conféré plus de crédibilité.
Pourtant ce premier roman est très prometteur, et si quelques longueurs auraient pu être évitées, on pardonne volontiers car le passage des nouvelles au roman n'est pas un exercice facile.

Pour ma part j'ai passé un très agréable moment de lecture et je suivrai avec intérêt cette auteure.
Et je décerne une mention particulière pour la magnifique illustration de couverture signée Aurélien Police.

Editeur : Scrinéo – Date de parution : 16 mai 2018 – 384 pages – Prix : 16,90 €

f t g m