Copyright 2017 - Site by Misterdan

Dinosaures, les géants du vignoble à Angoulême

Où peut-on encore trouver des dinosaures en France ?

Cette question posée aux paléontologues en l’année 2000 aurait eu immanquablement les réponses suivantes : en Provence, dans les Corbières, sur la côte normande ou dans le Jura. Personne n’aurait songé aux Charentes. L’annonce de la découverte en Charente d’un des plus grands dinosaures connus au monde attira l’attention du public et des milieux scientifiques, ces géants n’étant pourtant que la partie la plus spectaculaire d’un ensemble paléontologique unique en France qui va de l’île d’Oléron à Angeac-Charente en passant par Cherves de Cognac.

Le Musée d’Angoulême et ses partenaires présentent jusqu’au 31 décembre 2017 les résultats inédits de 15 ans de travail des paléontologues en une exposition conçue pour un large public. Des ossements de dinosaures à voir, bien sûr, mais aussi des documents sur les recherches, les sites, et les occupants d’un marécage vieux de 140 millions d’années caché sous les vignes.

Révélé en 2010 grâce à la découverte d’un fémur de sauropode, le site d’Angeac, en Charente, non loin d’Angoulême, est maintenant connu comme un des sites les plus prometteurs en France et dans le monde pour les spécialistes des dinosaures. Depuis quelques années des passionnés participaient chaque année à une campagne de fouilles dans la campagne charentaise, au beau milieu du vignoble du Cognac. Des trouvailles prometteuses, une vertèbre de dinosaure notamment, attiraient des spécialistes mondiaux mais c’est la découverte du fémur qui va faire basculer le site et en faire une référence mondiale.

Au début du crétacé, il y a environ 145 millions d’années, on assiste au niveau mondial à une régression très nette des océans. Localement cela se traduit par le retrait de l’eau de mer et la constitution de lagunes saumâtres sur tout ce qui deviendra la vallée de la Charente, et jusqu’au bout de l’île d’Oléron. De Cherves de Cognac à Chassiron, en passant par Angeac, la faune et la flore prospèrent dans un climat tropical et continental. Crocodiles, tortues et dinosaures se partagent ces terrains marécageux. Piégés dans la boue, les cadavres sont se transformer en fossiles particulièrement bien conservés.

L’idée de présenter les résultats de ces fouilles au grand public devient vite une évidence après la découverte du fémur de sauropode (2,20 m de long !), un des plus grands au monde.
Avec l’aide du Jardin des Plantes (le fémur y sera exposé en 2018) et du musée espagnol Dinopolis (qui a prêté pour l’exposition un crâne de turiasaurus, cousin du sauropode), le musée d’Angoulême propose jusqu’à la fin de l’année une exposition exceptionnelle, qui ravira tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin aux dinosaures. En cours d’été un squelette d’ornithomimosaure, actuellement en cours d’assemblage, sera rajouté à l’exposition.

Outre les fossiles d’animaux, crânes de crocodiles, carapaces de tortues, os, dents et crânes de dinosaures, le public découvrira aussi des fossiles de plantes, et notamment celui d’un arbre de plus de dix mètres de haut. De nombreux panneaux explicatifs complètent les informations et permettent de mieux comprendre le site au crétacé et la façon dont les fossiles se sont formés, puis ont été découverts.

La mise en scène est particulièrement réussie, avec la reconstitution d’un chantier de fouilles, d’une tente de tri et d’analyse, et la mise en valeur des très nombreux fossiles exposés. Le mur du fond est un écran de cinéma qui présente en 4 minutes un film en 3D, réalisé par Nayade, un jeune studio angoumoisin, qui montre les animaux dans leur milieu naturel tel qu’il se présentait il y a 145 millions d’années. La reconstitution, très réaliste, permet au visiteur de s’immerger dans cet univers fascinant.
Et à l’entrée de l’exposition une reconstitution du fémur (l’original étant présenté dans l’exposition) placé en situation dans le dessin de la patte arrière du sauropode, permet au visiteur de se faire une idée de la taille de ce gigantesque dinosaure qui pouvait atteindre 40 mètres de long et peser plus de cinquante tonnes !

Si vous passez par Angoulême cet été, surtout ne manquez pas cette exposition, je vous assure que vous ne serez pas déçus ! Et pour ceux qui ont la chance d’habiter non loin de là, amis bordelais par exemple, précipitez- vous !!

Photos de l'exposition.

Musée d’Angoulême : Square Girard II 16000 Angoulême - www.musee-angouleme.fr - Du 20 mai au 31 décembre 2017 - Horaires d’ouverture : de mai à septembre du mardi au dimanche de 10h à 18h ; d'octobre à avril, les mardi, mercredi et vendredi de 10h à 12h30 et de 13h45 à 18h, le jeudi de 10h à 18h, les samedi et dimanche de 14h à 18h - Fermé tous les lundis, le 01 janvier, 01 mai, 01 novembre et 25 décembre - Entrée : 5 € - Tarif réduit : 3 € (angoumoisins, famille nombreuse, jeunes de 18 à 25 ans, et plus de 62 ans) - Gratuité : moins de 18 ans, abonnés, étudiants en art, handicapés et accompagnateurs, tous le 1er dimanche de chaque mois.

f t g m