Copyright 2017 - Site by Misterdan

Rencontre avec Diana Gabaldon à Paris !

Alors, petit prélude, je tenais à préciser que ce fut un moment très beau à mes yeux, bien que court, parce que Diana est une personne à la fois sensible, intelligente, touchante, drôle et surprenante et pour ma part quelques minutes m’ont suffi pour le ressentir. Breffons, le pathos c’est bien joli but we have serious business to attend to !

Les bloggeuses et moi nous installons autour des tables, puis Diana commence par nous présenter son traducteur depuis plus ou moins 20 ans, Philippe Safavi qui se chargera de traduire pour les non-anglophones alors présents… Et au Q & A de commencer.

Q / Est-ce que les DVD vont sortir en France ? (rires)

R / Pas à sa connaissance mais du moins en Angleterre donc on pourra se les procurer.

Q / Question intermède fangirl, est-ce que Sam (alias Jamie, NDLR) est aussi sexy en vrai qu’à la télé ? (rires)

R / Oh, eeeeuh… Oui ! (rires) Petite anecdote, son mari lisait une conversation entre elle et Sam sur Twitter et il lui a dit « On dirait que tu parles à ton petit frère. » (rires)

Q / Est-ce que du fait de « revivre » le premier tome à travers l’adaptation en série elle s’est dit qu’elle aurait pu changer des intrigues, revenir sur certaines choses, etc. ?

R / Non… Je l’ai fait du mieux que je pouvais donc, oui ça n’aurait pas été mieux.

Q / Comment était-ce de travailler pour la première fois avec la télévision ?

R / Très bien ! On a été très chanceux d’avoir eu les personnes qu’on a eu, ça aurait facilement pu être horrible, mais Ron (le créateur du show Ronald D. Moore, NDLR) est un très bon artiste donc il a beaucoup de respect pour l’œuvre et il dit aux fans « Mon job c’est de ne pas foutre en l’air le livre préféré de ma femme » (rires)

Je suis consultante sur le show donc je n’ai aucun pouvoir décisionnaire, je leur donne mon opinion. On m’a envoyé les scripts des deux premiers épisodes de la saison 2 et… ils sont bons (rires) on me montre aussi les séquences tournées quotidiennement, on ne m’appelle par contre pas sur le plateau lorsqu’ils tournent les scènes de nu (rires)

Q / Cela arrive-t-il que vous voyiez quelque chose qu’ils tournent mais que cela ne corresponde pas totalement à comment vous l’aviez imaginé ou comment cela devrait être, que ce ne soit pas en accord avec l’histoire ? Suivent-ils votre avis ?

R / Habituellement je repère les choses avant qu’ils ne tournent. Une fois il y a un moment néanmoins, tôt dans le tournage ils m’ont invitée à venir sur plateau et d’avoir un petit rôle dans le show ce qui est amusant, mais après cela j’étais assise avec mon mari en dehors du plateau lorsqu’ils faisaient le serment vous savez ? Lorsque Dougal jure fidélité à Colum et ainsi de suite. Et je regardais sur le moniteur et je pouvais voir que Colum tenait les mains de Dougal puis les embrassait, et j’ai dit ça ne va pas ça devrait être dans l’autre sens… Mon mari m’a dit « tu devrais leur dire » mais je suis timide je ne veux pas leur dire ça, mais j’ai fini par leur dire et ils ont dit aux acteurs de le faire dans l’autre sens !

Q / Donc ils vous écoutent vraiment…

R / Oh oui, mais vous savez je suis très diplomatique. (rires)

Q / Est-ce que du coup maintenant vous voyez la tête des acteurs quand vous pensez aux personnages, quand vous écrivez ?

R / Non haha, je vis avec ces personnages dans ma tête depuis 30 ans. Je dis aux gens le livre est le livre, la série est la série. Pour moi ce sont deux choses distinctes, j’apprécie beaucoup les deux oui.

Q / On évoque souvent les viols à propos des livres mais on parle très peu des enfants échangés, des orphelins, etc. alors qu’ils sont nombreux…

R / Oui vous savez il y a beaucoup de constantes qui reviennent, ce sont de gros livres qui sont très complexes et je les ai écrits sur plusieurs couches (comme le système des calques pour les adeptes de photoshop, NDLR) donc souvent les gens lisent la couche supérieure qui est vous savez l’excitation de l’aventure et ils ne voient pas les choses plus profondes, ils y retournent plus tard, relisent et commencent à voir tout cela.

À propos des viols, c’est « juste » une formalité politique, les gens viennent et disent « oh » alors que c’est là depuis plus de 20 ans et personne n’avait remarqué avant la série, cela ne ressort que maintenant parce que c’est politiquement correct d’être offensé. Et vous savez je ne tiens pas compte de ces gens-là.

Mais vous savez, si on évoque ces sujets qui reviennent ce n’est pas pour choquer l’audience, les livres parlent beaucoup du sexe entre autre chose et des connexions entre les gens, qui sont finalement des variations du sexe. Une forme de continuum. (résumé, l’explication était trop laborieuse, NDLR)

La force de ces scènes c’est qu’elles n’ont de sens qu’avec ces deux individus précis. (…) Je n’ai jamais reçu de lettre de quelqu’un qui a été violé me disant « c’est terrible, vous n’auriez pas dû faire ça, ça réveille en moi de mauvais souvenirs » mais j’ai reçu énormément de lettres de personnes ayant subi un viol et ce qu’elles me disent toutes « c’était dur à lire mais c’était purificateur, parce que vous traitez le sujet honnêtement (…) » et ça arrive souvent, je pense que ces personnes-là sont les seules qui ont leur mot à dire sur la question.

Q / Cela a-t-il été difficile d’écrire les scènes violentes ?

R / Non pas tant que ça, ça a surtout été difficile pour les scènes émotionnelles parce que vous vivez à travers elles.

Q / De retour sur les orphelins, quelle est l’explication de cette occurrence ?

R / C’est un travail énorme d’écrire toute une backstory à chaque personnage comme ça a été le cas par exemple pour Jamie, du coup en faire des orphelins ou quoi facilite grandement la tache parfois.

Je pensais à quelque chose, j’ai reçu un email récemment de la personne en charge de ce qui concerne la France dans le show qui me demandait des précisions sur les origines/provenances des personnages afin de leur donner le bon background, l’accent correspondant (si c’est le sud par exemple), etc.

Bilan : Diana Gabaldon a vraiment une façon fascinante de travailler l’écriture de ses livres et leur complexité s’en ressent quand elle en parle, elle ne calibre pas ses personnages et intrigues selon un cahier des charges mais écrit au fur et à mesure instinctivement. Elle est un atout considérable pour la production de la série qui semble avoir de beaux jours devant elle !

f t g m