Copyright 2018 - Site by Misterdan

Une vie à t’attendre écrit par Alia Cardyn

zoom 

« Je suis petite, si petite dans ces lieux silencieux. Je connais la nature des silences et celui-ci n'est pas bon. Il est le dernier souffle d'une maison qui s'est vidée, précipitant ma perte. Je les appelle et en réponse,ce silence implacable. Où sont-ils ? Je m'apprête à poser le pied sur cette marche mais j'ai déjà compris. Dans quelques secondes, je cesserai d'être une enfant. »
Qui devient-on dans une vie où des parents disparaissent mystérieusement ? Rose a six ans quand la tragédie se produit. Dans ce quotidien bouleversé, elle grandit avec sa version de l'histoire, qui l'étouffe.
Qui Rose serait-elle aujourd'hui si elle ne pensait pas qu'ils l'ont abandonnée ? C'est la question que se pose celui qui l'a toujours aimée.
À Bali, seize ans après leur disparition, Rose découvre quelques mots sur un carton. Commence alors un périple haletant. Les indices qu'elle va petit à petit accumuler lui permettront-ils de dépasser une enfance brisée ?
Entrer dans ce livre, c'est entrer dans la tête d'une jeune femme, Rose, dont toute la vie est déterminée par une question : pourquoi ?
Pourquoi, alors qu'elle avait six ans, ses parents ont-ils disparu ?
À cause de cette question sans réponse, les années suivantes sont truquées, les cartes dont elle dispose ne lui permettent pas de s'engager dans une vraie vie, elle fait avec, sans plus. Cette question restant toujours omniprésente et en toile de fond de cette vie un peu sans saveur.
Les aller-retour entre l'enfance, l'âge adulte, le passé de ses parents, nous font avancer dans la résolution de l'énigme, tout en nous attachant de plus en plus à cette héroïne blessée mais pas abattue. C’est ça qui est particulièrement appréciable : Rose ne geint pas, elle ne se contente pas d’être spectatrice de cette vie.
Le style de Alia Cardyn est très agréable, bien rythmé mais prenant malgré tout le temps de nous faire « entendre » Rose. C’est une qualité dans l’écriture qui m’a vraiment interpellée. Il y a aussi juste assez de personnages pour que l'on puisse s'y intéresser. Parfois l’abondance de détails sur les personnages secondaires noie le récit, ce n’est pas le cas ici.
Bien que ce roman parle d'une blessure, il n'a rien de pessimiste, au contraire. En résumé, j'ai beaucoup aimé ce livre, je le recommande sans hésiter.
Charleston – Collection Grand Roman – Date de parution : 07 juin 2016 – Prix : 18 € - 272 pages
f t g m

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données