Copyright 2017 - Site by Misterdan

La désobéissante écrit par Jennifer Murzeau

Résultat de recherche d'images pour "La désobéissante écrit par Jennifer Murzeau"

" En cette fin d'après-midi, l'épaisse pollution n'a pas eu tout à fait raison de l'éclat du crépuscule. Une douceur rose survit et se répand. Jeanne lui avait dit souvent la beauté des soirs d'été, la lumière qui décline, le rouge diffus qui se cache dans les nuages et s'étire dans leur souvenir. Bulle buvait les paroles, et jalousait. Car jamais elle n'avait pu contempler ce spectacle. Parce que ces soirs-là n'existaient plus, ils étaient obstrués. Le "secret des affaires' les avait étouffés. "
Paris, 2050. Bulle découvre, catastrophée, qu'elle est enceinte. Autour d'elle, le monde est un naufrage. Sous des dômes, les plus riches se calfeutrent, ignorant les misérables qui se débattent audehors, rendus inutiles par l'automatisation. Le chômage a atteint 70%, la violence envahit les rues. Les plus dociles gobent leur Exilnox, les yeux voilés par des implants connectés. Sur les holordis, les murs, partout, brillent les pubs et les flashs info anxiogènes. Alors un enfant, là-dedans... Pourtant le garder, c'est refuser de se résigner. Avec une poignée de hackers, Bulle choisit la lutte.
C'est bien de notre époque dont il est question dans ce roman. Aussi acide et apocalyptique que lumineux et optimiste, il est une célébration du libre arbitre.

Biographie de l'auteur :

Jennifer Murzeau vit et travaille à Paris. Elle poursuit dans La Désobéissante une réflexion amorcée dans ses précédents romans, Les Grimaces (Léo Scheer 2012) et Il bouge encore (Robert Laffont 2014) sur les dérives de notre époque, l'aliénation et la liberté. La Désobéissante est son troisième roman.

Avis :

Ce roman est tout simplement indescriptible. Il vous prend aux tripes, vous n’avez pas envie d’envisager le monde dont l’auteur brosse le tableau, mais en même temps tout semble si réaliste, précis et plausible.

Tout commence par un soir où une jeune femme craque et fait un Burn-Out sous la pression constante qu’elle vit à son travail. Ce prologue donne le ton à tout le roman.

Par la suite, on découvre sa fille en 2050. Celle-ci occupe un poste de journaliste, mais dans ce futur proche, ils ont uniquement le rôle de mettre en valeur les entreprises et de favoriser le climat de terreur qui justifie l’omniprésence de la police. On ressent cela avec d’autant plus de force que cela nous rappelle la situation dans laquelle se trouve actuellement la France après les nombreux attentats.

L’écart entre les classes s’est accru, le pourcentage de la population au chômage a atteint des plafonds inimaginables et la COP21 semble ne jamais avoir existé. Dans ce futur alternatif, les industries ont tout pouvoir et la pollution nécessite le port de masque en permanence, à l’exception des moments où l’on traverse certaines "Bulles" réservées aux privilégiés dont l’accès est strictement contrôlé.

Notre héroïne découvre qu’elle est enceinte de l’homme qu’elle aime. Ce qui "Aujourd’hui"  serait une bonne nouvelle est une catastrophe pour la jeune femme : son compagnon ne travaille pas, il s’agit d’un ancien drogué. Tout cela pèse lourd dans la balance. Mais surtout, elle n’envisage aucun avenir pour les humains et donc pour son futur enfant. Si elle s’en sort, elle refuse l’idée de donner naissance à un bébé alors que tout laisse penser que la situation va empirer, les zones respirables réduisent de plus en plus, et la population se montre très violente.

Elle voudrait y croire et donner une chance à cette petite vie, mais l’agression qu’elle subit après un déplacement remet en cause ses espoirs à moins qu’il n’existe encore une échappatoire.

Éditeur Robert Laffont- Collection : La Bête Noire - Date de parution : 05 janvier 2017 - Prix : 12,99€ format numérique ; 18,50€ format papier.

f t g m