Copyright 2017 - Site by Misterdan

L’errante écrit par Valéria Montaldi

Dans la petite maison nichée dans les bois de Machod, la belle Britta de Johannes vit seule. Médisances et calomnies s'accumulent à son encontre, et parviennent aux oreilles de l'Inquisiteur, dont le verdict est sans appel : Britta est une sorcière...
Par un froid matin de novembre, Barbara Pallavicini, spécialiste des études médiévales, atteint les ruines du château de Saint Jacques aux Bois. Elle vient chercher l’élément qui doit lui permettre de terminer sa thèse : l’nscription laissée par une femme reconnue coupable de sorcellerie. Mais dans la faible lumière du crépuscule, c’est un cadavre qu’elle trouve. Terrifiée, elle appelle la police.
Commence alors une nouvelle enquête pour Giovanni Randisi, adjudant des carabiniers d’Aoste.
Et si le destin de cette passionnée d’occulte et celui de Britta étaient liés ?

1494 : Britta de Johannes est une jeune femme, belle, libre et instruite. Pour une femme du peuple, c’est une situation rare. C’est son père, herboriste, qui lui a appris à lire et l’a formée à l’utilisation des plantes. A sa mort elle reste seule dans la petite maison qu’il lui a laissée au fin des bois. Sa solitude, ses connaissances, sa beauté suscite peurs et envies, à une époque où les femmes sont illétrées, sousmises à l’autorité d’un père ou d’un mari. Johanna se satisfait de sa solitude, d’autant que sa beauté a séduit Giovanni d’Adard, l’héritier du château voisin, et les deux jeunes gens sont devenus amants. Quand Giovanni revient, grièvement blessé d’un combat, Britta s’introduit au château pour le soigner, mais s’attire ainsi les foudres du frère cadet, qui voyait là l’occasion de prendre la place de son aîné. Pour la jeune femme, qui n’a pu sauver son amant, c’est le début de la fin. Les gens du village, ceux du château et les religieux se lient pour la faire condamner au bûcher comme sorcière.
2014 : Barbara Pallavicini, grâce à une bourse de recherches, est venue passer quelques jours dans la Val d’Aoste pour y vérifier certains points de la thèse qu’elle s’apprête à soutenir sur l’existence des jeunes femmes brûlées comme sorcières pendant l’Inquisition. Différents documents ont fait état de la présence dans cette région, quelques siècles auparavant, d’une jeune femme, Britta de Johannes, qui aurait été condamnée et brûlée vive malgré ses protestations d’innocence. Elle aurait alors laissé une inscription cachée dans la cellule qu’elle occupait avant sa mort, permettant de prouver son innocence des crimes qdont elle était accusée. Trouver cette inscrition est une priorité pour Barbara qui lui permmetra d’assurer sa réussite à la soutenance de sa thèse.

Le destin de deux femmes que séparent un peu plus de cinq siècles vont se mêler pour un roman sans temps mort et plein de suspense jusqu’à la dernière page !
L’histoire intercale habilement les deux périodes, permettant de suivre « en direct » les évènements du passé comme ceux du présent, en intercalant habilement un petit côté romance assez sympathique des deux côtés. Et ce système de narration entretient le suspense et l’intérêt du lecteur, avec au final un très agréable moment de lecture.

Editeur : Pygmalion – Collection : Hors Collection – Traduction de l’italien : Samuel Sfez - Date de parution : 7 juin 2017 – 448 pages - Prix : 21,90 € (E-pub ou Pdf : 14,99 €)

f t g m