Copyright 2017 - Site by Misterdan

Salut Marie écrit par Antoine Sénanque

http://static.fnac-static.com/multimedia/Images/FR/NR/d4/0b/59/5835732/1507-1.jpg

La Vierge m'est apparue le 1er avril 2008. La date était mal choisie. Je sais qu'humour et spiritualité ne sont pas toujours antagonistes, mais sincèrement, j'aurais préféré le 31 mars."

Quand la Vierge Marie apparaît à Pierre Mourange, vétérinaire incroyant et morose, elle croit sans doute lui faire plaisir.
Elle aurait dû lui demander son avis.
Cocktail d'humour et d'insolence pour une subtile comédie d'Antoine Sénanque.

Lire la suite...

Serial Mother, comment y survivre avec des enfants écrit par Jessica Cymmerman

http://static.fnac-static.com/multimedia/Images/FR/NR/f0/0b/59/5835760/1507-1.jpg

Voilà un livre de survie, oui j'ai bien écrit survie. En effet, ce livre s'adresse aux parents et plus particulièrement aux mamans. Il présente les pérégrinations maternelles de Serialmother (l'auteur) dans tout ce que ça a d'agaçant, d'adorable, de détestable et d'indispensable. Oui, toi avec les lunettes rouges je te vois interloqué parce que je suis un homme. Et bien sache que 90% des choses inscrites dans ce livre peuvent s'appliquer à moi (en dehors bien sûr des problèmes menstruels, de la tété et tout ce qui touche à nos différences anatomiques).
Dans la plupart des cas, le parent est unisexe et ce qui vaut pour un, vaut bien souvent pour l'autre.
Ce livre se présente sous formes de chapitres traitant chacun d'une grande question de la parentalité.
 

Excursions dans la zone intérieure écrit par Paul Auster

Après avoir, dans Chronique d’Hiver, revisité son passé sous l’angle du corps et de la sensation, Paul Auster s’attache ici à arpenter le paysage mental de son enfance peuplé d’objets doués de vie, d’éclectiques héros de romans, de créatures cinématographiques, de prodigieux joueurs de base-ball, et parfois hanté par un Dieu fréquemment courroucé et toujours culpabilisant. D’illuminations en incertitudes, de longues rêveries en moments d’exaltation, un jeune garçon s’initie au monde tandis que son identité d’adulte se façonne sous le double signe de l’imaginaire et de l’environnement socioculturel des États-Unis de la seconde moitié du 20e siècle, dont plus de cent illustrations sélectionnées par l’écrivain viennent, en fin de volume, incarner figures tutélaires et temps forts. Outre la reconstitution a posteriori d’un itinéraire intellectuel et des chemins singuliers qu’une vocation d’écrivain dessine sur la carte du monde, une capsule temporelle où sont restituées les lettres jadis adressées par Paul Auster à sa future première épouse - la romancière Lydia Davis - donne à entendre dans toutes ses harmoniques la voix de ce jeune homme solitaire et obstiné qui, n’ayant cessé d’obéir aux impérieuses injonctions de la création, a bâti l’œuvre littéraire d’exception qui l’a imposé comme l’un des écrivains les plus remarquables de sa génération.

Lire la suite...

La tête à toto écrit par Sandra Kollender

http://static.fnac-static.com/multimedia/Images/FR/NR/cb/0b/59/5835723/1507-1.jpg

– Écoute Anna, ton bébé est gravement malade, mais tu sais il pourrait être handicapé. Ah, OK, il est handicapé ? Mais tu pourrais être une mère célibataire. Ah, ça aussi ? Bon mais ne te plains pas, je te rappelle que le père de ton fils est vivant alors que ton amoureux d’avant est mort d’un cancer. Ah, tu vois, ça va tout de suite mieux non ?
Anna a grandi dans une famille où le pathos est proscrit. Chez les siens, il est un devoir de rire de tout. Alors, elle n'a pas choix, il faut tout prendre autrement. C'est une question de survie.
Dans ce roman autobiographique, Sandra Kollender nous entraîne dans un monde surréaliste et lumineux. Elle démontre que dans la vie non seulement tout peut arriver – mais que, surtout, presque tout arrive. Même le meilleur.
En refermant ce livre sur le pouvoir de l'amour maternel, on se dit que, bien qu’escarpé, le chemin est exaltant.
« Neurologique.
Le mot est lâché et le sol commence à se fissurer.
Je reprends peu à peu mes esprits, et je remets tant bien que mal mon fi ls, évidemment endormi, dans sa combinaison pilote.
Pilote de quoi ? Il n’attrape même pas mon doigt. Il y a des fermetures Éclair partout et je suis aussi calme qu’un vendeur de Red Bull.

Lire la suite...

Conversations avec l’ange écrit par Nick Hornby

C’est en bonne compagnie que Nick Hornby a mis l’humour à l’honneur ! Il s’est entouré d’écrivains vedettes pour nous proposer douze nouvelles originales, drôles et pétillantes, toutes écrites sous forme de monologue. On y trouve une matonne chargée de nourrir les condamnés, une femme coincée dans sa salle de bains et même une histoire narrée par un chien !

Nouvelles de Robert Harris, Melissa Bank, Giles Smith, Patrick Marber, Colin Firth, Zadie Smith, Nick Hornby, Dave Eggers, Helen Fielding, Roddy Doyle, Irvine Welsh, John O’Farrell

Un beau recueil de nouvelles que celui-ci, varié autant dans les themes que dans les styles. Qui plus est, les droits d’auteur sont versés pour moitié en Angleterre à TreeHouse, une école spécialisée pour les enfants autistes, et en France à Autisme Solidarité. En somme, voilà de quoi lire cet été des textes de qualité tout en faisant une bonne action.

Toutes les nouvelles ne m’ont pas autant plu, mais le recueil est tout de même relevé. Voyons dans les détails ce que j’en ai pensé.

Plaidoyer Pro Domo, de Robert Harris : Le narrateur de cet histoire est le premier ministre britannique. Il rentre chez lui en voiture avec chauffeur et demande à s’arrêter prendre l’air dans une station service, ce qui va le conduire, suite à une série d’incidents, à se retrouver dans une situation rocambolesque et ambiguë, dont les médias vont faire leurs choux gras. Sommé de s’expliquer, il donne sa version des faits. C’est un petit bijou d’humour anglais, hilarant et raconté avec flegme.

L’endroit de vos rêves, par Melissa Bank : Une histoire assez simple, d’un couple récent, de la rencontre avec ex, et les doutes et les peurs qu’une réaction suscite. Si le ton est très juste, l’intrigue, elle, est assez simple et la nouvelle, très bien écrite, laisse tout de même une impression de trop peu.

Dernières requêtes, par Giles Smith : Une cuisinière, dans une prison, prépare les derniers repas des condamnés à mort et évoque son travail. Un beau texte, touchant, avec une fin surprenante.

Peter Shelley, par Patrick Marber : La première fois d’un couple d’adolescents. J’ai trouvé ce texte assez vide, et finalement peu original.

Compte pour du beurre, par Colin Firth : L’histoire d’un garçon dont la grand-mère lui raconte une histoire par petits bouts. Mais la santé de la vieille dame est déclinante et il veut savoir la fin. Un texte bien structuré, mais le narrateur étant un enfant, le rythme est haché, ça digresse, et c’est usant comme si l’histoire était vraiment racontée par un enfant. Une gajeure, mais le résultat ne détend pas forcément.

Je suis le seul, par Zadie Smith : La sœur du narrateur, âgé de quatorze ans, revient vivre dans la maison parentale. Le narrateur décide de lui présenter un de ses amis, qui a la particularité d’être très grand. Je n’ai pas compris le but de cette nouvelle, au final, je trouve qu’il ne s’y passe pas grand-chose.

Le Christ-aux-tétons, par Nick Hornby : Un ancien videur de boîte de nuit trouve un travail dans un musée. Il s’agit de surveiller une œuvre pour le moins subversive. Le ton est léger, parfois cocasse, la chute savoureuse. Une chouette nouvelle.

Au fond de la rivière, par Dave Eggers : Le narrateur est un chien. Cela se ressent dans la forme du texte, très vive, très enjouée. La fin me laisse perplexe, mais c’est un joli texte.

Vernie, par Helen Fielding : Le monologe intérieur d’une dame âgée qui a fait une mauvaise chute dans sa salle de bain, ne peut pas bouger et attend les secours. On ne sombre pas du tout dans le pathos dans ce texte, alors que le pitch pourrait le laisser craindre. C’est une texte plein de tendresse, très sympa.

L’esclave, par Roddy Doyle : Un quadragénaire dépressif raconte l’origine de son mal-être. On a du mal à voir où ça va, au début, mais finalement la nouvelle est sympathique.

Culpabilité catho (la vérité, c’est qu’on aime ça), par Irvine Welsh : Un homophobe se retrouve bien puni… Une nouvelle croustillante servie par une superbe plume, assez trash par moments, crue, mais aussi drôle.

La marche contre le vent, par John O’Farrell : L’histoire d’un jeune mime dont la carrière démarre sur les chapeaux de roues. Il fait preuve d’une certaine arrogance, mais peu à peu le public se lasse de lui, jusqu’à ce qu’il dévienne indésirable, sans qu’il veuille l’admettre. Un texte très sympa sur la vie d’artiste.

Le recueil est donc hétéroclite, il y en a pour tous les goûts. Voilà un livre qui me semble idéal pour les vacances.

Editeur : 10/18 – Date de parution : 3 avril 2014 – 302 pages – 7,80€ - Acheter sur Amazon.fr ou Fnac.com

Conversation avec l'Ange écrit par Nick Hornby

J'ai une affection particulière pour les recueils de nouvelles et l'humour est pour moi un style de vie plus qu'une notion lambda. Vous imaginez donc sans peine que j'étais très excité à la lecture de la présentation de Conversation avec l'ange"...l'humour à l'honneur !" Je bénissais déjà Nick Hornby, l'artisan du présent recueil qui a eu la bonne idée de réunir des écrivains de talents que j'avoue à ma grande honte peu connaître. Mais peu importe, j'attaque le livre la bave aux lèvres, écumant ma joie sur ma taie d'oreiller.

Lire la suite...

Le Dieu de New York écrit par Lyndsay Faye

Un véritable chef d’œuvre ! À lire d’urgence !

Lyndsay Faye est une New-Yorkaise d’adoption, installée à Manhattan. Après des études en Anglais et en art du spectacle, elle exerce un temps le métier de comédienne, avant de publier son premier roman, Dust and Shadow en 2009, très remarqué par la critique. Le Dieu de New York est son premier titre à paraître au Fleuve Noir, la suite, Le sang noir du secret sort en mai 2014 (lire la critique ici).

Retrouvez-la sur son site www.lyndsayfaye.com Été 1845.

Lire la suite...

American Gothic écrit par Xavier Mauméjean

 

À l’heure du maccarthysme, Hollywood est le théâtre d’une lourde rivalité. Pour supplanter Disney, le patron de la Warner Bros projette d’adapter sur grand écran Ma mère l’Oie, un recueil de contes et légendes urbaines dont les Américains raffolent. C’est à Jack Sawyer, scénariste obscur, que revient la mission d’enquêter sur son auteur, Daryl Leyland, et de "nettoyer" sa biographie, rectifiant au passage tout ce qui heurterait le conformisme moral et politique.

Un voyage inoubliable et atypique à la recherche du mystérieux Daryl, ce génial gamin triste de Chicago, et de son troublant complice le dessinateur Van Doren.

Quelle gajeure que d’écrire un livre pareil ! Et quel plaisir de le lire ! Ce roman est tout à fait atypique. Présenté sous la forme de rapports, d’entretiens, d’analyses littéraires, de traductions de contes et poèmes, il forme un patchwork (le mot revient en permanence dans le livre, comme une boutade) d’une incroyable érudition au sujet de Daryl Leyland. Si ce n’est que… Daryl Leyland n’existe pas.

On se délecterait déjà d’un pareil ouvrage s’il traîtait d’un auteur réel, tant celui-ci présente un caractère tout à fait particulier et fascinant. On terminerait la lecture en ayant appris une foule de choses à son sujet. On en sort ici aussi expert en Daryl Leyland, expertise qui ne nous servira jamais mais qui reste plaisante.

Pourquoi ? Parce que si Jack Sawyer a pour mission de fouiller la biographie de Leyland à la recherche d’une éventuelle compromission auprès des communistes, la vérité se révèle sans doute bien pire. L’homme qui se cache derrière le recueil de contes est assez difficile à cerner : poète ou sociopathe ? Difficile à dire. Au fil des pages il se découvre peu à peu, et le portrait que l’on s’en fait noircit d’autant… et au final, y a-t-il un mot de vrai dans tout cela ? Ou tout ceci n’est-il qu’un "canular littéraire" ?

Au final, un roman génial, labyrinthique, qui nous piège aussi facilement que les légendes urbaines auxquelles il fait allusion. Un vrai régal, un OVNI, une pépite. J’ai adoré.

Editeur : 10/18 - Date de parution : 03 avril 2014 - 333 pages - Prix : 8,40€.

La Malédiction d'Azazel écrit par Youssef Ziedan

La Malédiction d'AzazelQuel est ce mystérieux manuscrit découvert par des archéologues dans un coffret en bois, perdu au milieu des ruines, non loin d’Alep ? Quelles terribles vérités contenait-il pour avoir été ainsi abandonné à la garde des siècles ? Traduit de l’araméen, il apparaît comme l’autobiographie d’un moine-médecin venu de Haute-Egypte dans la première moitié du Ve siècle : Hiba. En arrivant à Alexandrie, Hiba croyait que cette seconde Rome lui livrerait les lumières de la foi Chrétienne et des sciences Grecques. Mais, à l’heure où triomphe le christianisme jadis persécuté, il assiste aux ravages du fanatisme religieux. Du lynchage de la philosophe platonicienne Hypatie à la destruction des trésors culturels païens, des complots contre les "hérétiques" à la mainmise de l’Empire sur l’Eglise, Azazel, le démon de la haine et de la division semble s’être emparé du monde. Et de l’âme d’Hiba, assailli par le doute depuis qu’il a rencontré la belle païenne Octavie… Sur fond de conflits théologiques et de luttes fratricides, le roman de l’Egyptien Youssef Ziedan, Grand Prix international du roman arabe, mêle mystique, violence et sensualité dans une fresque vertigineuse des premiers temps de la Chrétienté.

Lire la suite...

Le sang noir du secret écrit par Lyndsay Faye

Six mois après la formation du NYPD, son talentueux officier Timothy Wilde reçoit la visite de la magnifique métisse Lucy Adams, ancienne esclave devenue libre, et épouse d'un blanc. Sa sœur et son fils ont été kidnappés par des blackbirders, des mercenaires dont la sombre mission consiste à enlever les personnes de couleur pour les vendre comme esclaves dans le Sud. Timothy, abolitionniste convaincu, est horrifié. Mais, en 1846, la loi n'est pas encore de son côté. Avec l'aide de son frère Valentine et de ses amis du comité de surveillance chargé de protéger les Noirs du kidnapping, Timothy se lance à la recherche de Jonas et de Delia. Sur sa route vont se dresser flics et politiciens, tous corrompus, tous acquis à la cause de quelqu'un qui a décidé de faire disparaître la famille de Lucy...

Lire la suite...

f t g m