Copyright 2017 - Site by Misterdan

Les ténébres et rien de plus écrit par Julia Thommas

http://ecx.images-amazon.com/images/I/91uIvWaABUL.jpg

Qu’est devenu le corps de Peter Mulchan, le tueur en série qui a terrorisé New York ? C’est la question que se posent l’inspecteur Kenji Yoshiro, de la brigade criminelle, et le docteur Lisa Cavalcante, chercheuse en neurosciences à l’université de Columbia.

Le premier se souvient encore du jour où il était parvenu à l’arrêter. Mais, inculpé pour le meurtre de trois jeunes femmes et deux tentatives d’assassinat, Mulchan s’était suicidé dans sa cellule avant même de connaître la date de son procès. Quant à Lisa, son doctorat en neuropsychiatrie ne lui est d’aucun secours pour faire face au traumatisme qu’elle a subi un an auparavant : Peter Mulchan était un de ses patients, et c’était avec elle qu’il avait décidé de mettre un terme à ses activités de serial killer ; et pourtant, il avait tenté de la tuer. Depuis ce jour, Lisa est hantée par ce souvenir ; un éclat de voix dans la foule, le contact d’une main dans le métro, un visage entraperçu au détour d’une rue, autant de symptômes du stress post-traumatique dont elle souffre et pour lequel elle refuse de se soigner.

Alors qu’elle se réfugie dans ses travaux de recherche, déterminée à prouver que la quatrième victime du tueur en série, encore plongée dans un état végétatif, pourrait sortir du coma, l’impensable se produit. Le corps d’une jeune femme est retrouvé dans un cimetière de la ville. Les marques sur son cadavre ne laissent aucun doute : elle a été enlevée et torturée selon le modus operandi de Peter Mulchan. Troublé par la ressemblance physique de cette nouvelle victime avec Lisa, Yoshiro pense avoir affaire à un imitateur. Mais la neuropsychiatre a un tout autre avis : et si Peter Mulchan n’était pas mort ?

Lire la suite...

Au nom du père, du fils et du rock’n’roll par Harold Cobert


La révolte coule dans les veines de Victor.

Surfeur fanfaron, bourreau des cœurs, il est un adolescent frondeur, en rébellion contre l’autorité paternelle. Ce qu’il ignore, c’est que son père a lui aussi été contestataire. Avec l’émergence du rock, Christian a délaissé un brillant avenir de mathématicien pour devenir un figure incontournable de la nuit. Connu sous le nom de M. Best, le roi des platines, il a élevé Victor au prix de sacrifices, sans reconnaissance aucune de la part de son rejeton. Quelques jours à deux au Québec sont la dernière occasion pour un père et son fils de renouer et de synchroniser leur tempo.

Lire la suite...

Cinquante nuance d'Earl Grey écrit par Fanny Merkin


Une parodie désopilante qui vous fera mouiller le sachet.

Comme le hasard fait bien les choses, Anna, étudiante naïve aux mensurations idéales, a rencontré un homme incroyablement riche, divinement mystérieux, et délicieusement plus âgé qu’elle. Depuis, elle passe son temps à soupirer et à se mordre la lèvre inférieure. Surmonter les cinquante nuisances d’Earl Grey ne sera pas une mince affaire. Entre son admiration sans borne pour le groupe Nickelback, son insupportable penchant pour le goût de la Bud Light et sa singulière addiction au BDSM (Bardes, Dragons, Sorcellerie et Magie), Anna n’est pas au bout de ses surprises... et vous non plus.

Lire la suite...

Charlotte par David Foenkinos

Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une oeuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : "C'est toute ma vie". Portrait saisissant d'une femme exceptionnelle, évocation d'un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d'une quête. Celle d'un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.

Lire la suite...

A un fil écrit par Rainbow Rowell


Georgie est au trente-sixième dessous : cela faisait des années que son mariage battait de l’aile, mais cette fois, c’est la fin. Alors que son mari est parti passer Noël avec ses enfants dans le Nebraska, elle reste seule à Los Angeles, car elle a pris la fâcheuse habitude de faire passer sa carrière avant sa famille. C’est alors qu’elle tombe sur un vieux téléphone jaune à cadran rotatif. Contre toute attente, cette antiquité va lui permettre de faire un bond de quinze ans en arrière et de communiquer avec Neal dans le passé. N’est-ce pas l’occasion rêvée pour résoudre leurs désaccords et retomber amoureux comme au premier jour ?

Lire la suite...

L'Histoire épatante de M. Firkry et Autres Trésors écrit par Gabrielle Zevin

L'enseigne décolorée de la Libraire de l'île, abritée sous le proche d’un cottage victorien, annonce cette devise "Aucun homme n'est une île ; Chaque livre est un univers".

A. J. Fikry, son irascible propriétaire, ne le sait pas ecnore, mais il est sur le point de découvrir ce que cela signifie réellement.

La vie de A. J. Fikry n’est pas exactement ce qu'il en espérait ou attendait. Sa femme est morte, sa librairie connait une chute de ses ventes comme jamais elle n’en avait connue, et de plus sa pièce la plus rare et la plus onéreuse, une collection rare de poèmes d'Edgar Poe, a été volée.

Doucement mais surement, il prend de plus en plus de distance avec ses proches d'Alice Island - il s’éloigne de Lambiase, officier de police bien intentionné à son égard, toujours prêt à faire preuve de compassion pour Fikry ; d'Ismay, sa belle-soeur qui s'échine à mort pour le sortir de son ennui pathologique ; d'Amelia, la charmante, idéaliste et excentrique représentante de Knightley Press qui continue, sans se décourager, à prendre le ferry pour Alice Island, se refusant à prendre ombrage de l’attitude peu amène de A.J. Fikry.

Dans sa librairie, même les livres dans les rayonnages ont cessé de chercher à lui faire plaisir. A.J. Fikry, les considère de plus en plus comme les signes annonceurs d'un monde qui change trop vite pour lui.

C'est dans cet état d’esprit, qu'il reçoit un mystérieux colis à la librairie. Un petit colis, mais qui pèse très lourd. Cet envoi inattendu va donner à A. J. Fikry l'opportunité de reconsidérer d'un oeil nouveau ce qu'était sa vie jusqu'alors. Les habitants de l'île ne mettront pas longtemps à remarquer ces changements dans le comportement d'A.J.; Amelia, vendeuse déterminée de Knightley Press, regarde désormais son client jusqu'à présent grincheux, sous un jour nouveau ; ses livres remplis de sagesse redeviennent la raison de vivre d'A.J. et l'épine dorsale de son univers ; tout ce qui entoure A.J. va faire en sorte de donner à sa vie une tournure qu'il n’avait jamais soupçonnée.

A.J. Fikry a l’un des plus beaux métiers du monde : il est libraire. Un libraire misanthrope et bourru qui file un mauvais coton depuis le décès de Nic, son épouse. Peu importe, livre ou être humain, il est devenu bien difficile de trouver grâce à ses yeux.

L’irrésistible petite Maya va pourtant fendre son armure. Sa maman souhaitait qu’elle grandisse au milieu des livres et l’a donc laissée dans les rayons de l’unique librairie d’Alice Island. C’est ainsi qu’A.J., faussement récalcitrant, se retrouve à pouponner ce chérubin aussi malicieux que despotique.

Et dans le sillage de ce duo improbable, tout leur entourage va découvrir que les aventures étonnantes, épatantes et émouvantes n’arrivent pas que dans les livres.

Un avant-goût de printemps dans ce bouquin-là, vous savez, ce je-ne-sais-quoi dans l’air qui nous rend plus léger? De quoi s’agit-il donc ? Eh bien, d’une jolie histoire, presqu’une fable, où l’on voit un méchant misanthrope fendre l’armure et révéler le gentil bonhomme en-dessous. Évidemment, présenté comme cela, ça sonne un peu mièvre !

Pourtant, ce n’est pas le cas : c’est une jolie et gentille histoire, certes, mais l’auteure sait doser émotion et humour, pour que ça ne dégouline pas de bons sentiments. Il y en a juste assez pour retrouver une âme d’enfant, surtout si, comme moi, vous êtes amoureux(se) des livres. Parce qu’au-delà de l’histoire d’amour (des histoires d’amour devrais-je dire), c’est à un hymne aux livres, à la lecture, au bonheur de lire que nous convie Gabrielle Zevin.

Sans fioritures, d’une plume légère, elle nous entraîne aux côtés de ses héros dans des rebondissements pittoresques.

Cerise sur le gâteau : chaque chapitre est précédé d’une courte note de lecture, souvent jubilatoire.

Voilà une lecture agréable, qui fait naître un sourire au coin des lèvres du lecteur, et ce qu’il faut de frissons. À recommander, il n’y manque qu’un chat pour que le bonheur soit parfait 

Titre original : The Storied Life of A. J. Fikry - Éditeur : Fleuve Editions - Date de parution : 09 avril 2015 - 256 pages - Prix : 18,90 €.

Concentré de best-sellers - Pastiches écrit par Pascal Fioretto et Vincent Haudiquet

(Re)-découvrez 80 auteurs-phares de l'édition en France comme vous ne les avez jamais lus. De A comme Angot à Z comme Zeller, de Legardinier à Nothomb en passant par Chattam, Carrère, Delacourt, Foenkinos, Onfray, Sollers, qu’on les aime ou qu’on les déteste, ce sont des auteurs de best-sellers.

Découvrez-les avant même qu'ils soient écrits. Que racontera le prochain Musso ? Qu'a révélé Dieu aux frères Bogdanov ? Combien de lignes aura le titre du nouveau Pancol ? Qu’est-ce qui va attendrir Gavalda, énerver Jean-François Kahn, faire ricaner Houellebecq et inspirer le nègre de qui vous savez ? Quel est le terrible secret de Phymosis IV, le nouveau pharaon de Christian Jacq ? Ouvrez ce concentré et vous le saurez.

Pascal Fioretto et Vincent Haudiquet se sont visiblement beaucoup amusés à nous concocter ce Concentré de Best-sellers : une biographie rapide (et iconoclaste) pour chaque auteur, suivie d'un résumé (?) extrait (?) de leur œuvre à venir sont la recette immuable de l'ouvrage. Découpé en chapitres qui classent les écrivains selon un système tout à fait subjectif, mais souvent drôle – les auteurs pour dames, les auteurs qui donnent la pêche, les prometteurs, les auxiliaires de vie… - le livre veut faire une sorte de tour d'horizon de tous ces gens que l'on a lu, que l'on a envie de lire, qu’on ne lira jamais, au grand jamais, ou dont on a même jamais entendu parler !

Le principe de répétition pèse cependant assez rapidement sur le lecteur, et si certains textes sont vraiment très réussis et très réjouissants, d'autres pêchent un peu par une certaine facilité qui produit un résultat attendu et convenu.

À feuilleter donc, au gré des désirs, à petite dose, pour éviter l’indigestion !

Éditeur : Chiflet & Cie - Date de parution : 02 janvier 2015 - 224 pages - Prix : 14,50 €.

Angélique - Tome 3 : Angélique et le Roy écrit par Anne Colon

Qui reconnaîtrait à la cour du Roi Soleil, en cette grande dame élégante de Versailles, la fille du pauvre baron de Sancé et la femme apeurée qui, après la mort de Joffrey de Peyrac, a dû lutter pour arracher ses fils à la misère ! Angélique ne craint plus rien. Et connaît toutes ses armes… Elle s'en servira pour l'âpre combat qui l'oppose au marquis Philippe du Plessis-Bellière, cet archange glacial qu'elle a voulu épouser en secondes noces pour parvenir à la Cour. C'est là que Louis XIV entre en scène et Philippe, en parfait courtisan, s'efface. Tous ses biens sont au Roi de France, même sa femme… Mais Mme de Montespan ne reculera devant rien pour conserver sa place de première maîtresse… Amours frelatées et cœurs féroces : Angélique découvre l'envers du décor.

La série Angélique comprend treize tomes, parus en France de 1957 à 1985. Voici la réédition de la version d'origine du 3e tome (1959).

Retrouvons donc Angélique, qui, tel un Phénix, renaît de ses cendres. Elle subjugue Versailles, et jusqu'au roi lui-même. Dans cet environnement hostile - il ne fait pas bon être trop belle, ou trop intelligente à la Cour - elle fait preuve d'un courage et d'une ténacité redoutable. Encore une fois se mêlent dans ce volume deux intrigues : la renaissance de la magnifique Angélique et sa conquête du pouvoir, et son désir éperdu de faire reconnaître à son époux forcé le doux sentiment qu'il éprouve sans doute pour elle. Porté par une solide documentation, tout le talent d'Anne Golon se retrouve dans cet opus, où elle marie à merveille la reconstitution historique de l'entourage du Roi-Soleil et la fiction de l'histoire de la Marquise du Plessis-Bellière.

Contrairement au tome précédent, qui souffrait à mon sens d'un rythme trop lent, celui-ci file à toute allure ! Les évènements, retournements de situation, surprises et révélations se succèdent sans temps mort, jusqu'à la pirouette finale : le Roi avoue à Angélique que Joffrey de Peyrac n'a pas été brûlé ! Toutefois, il est mort noyé peu après. Bien entendu, Angélique n'en croit rien : Joffrey, son Joffrey est vivant ! Suspense insoutenable : a-t-elle raison ? Finira-t-elle par le retrouver ? Il reste encore dix tomes, on peut légitimement supposer qu'il faudra pour cela moult aventures et péripéties…

Alors, oui, parfois, cela prête à rire – qu'est-ce qu'elle peut être greluche, la marquise, de temps en temps - c'est un peu tiré par les cheveux quelquefois, mais on se laisse volontiers embarquer dans cette lecture qui remplit parfaitement sa vocation : divertir ! Et ce personnage de femme indépendante, forte, intelligente et qui ne fait pas mystère de ses goûts pour la sensualité est fort divertissant. Elle serait presque une héroïne moderne si elle ne succombait pas un peu trop souvent à la violence et à la soumission (dans ce domaine-là en tous cas), ce qui l'amène à apprécier un viol, tant ses appétits charnels sont aiguisés !

Alors, elle agace, Angélique, elle énerve, mais on suit quand même avec grand plaisir et une sorte d’admiration ses aventures tumultueuses. Et moi qui avais démarré la lecture de cette saga presque comme un gag, je me surprends à attendre avec un zeste d'impatience la suite !

Éditeur : L'Archipel - Date de Parution : 21 janvier 2015 - Prix : 23 € - 640 pages.

Le prince charmant est infidèle écrit par Ondine Khayat

Il était une fois une magnifique princesse, prénommée Cathy, qui vivait un conte de fées avec son prince charmant, Ben, dans leur ravissant château F3 parisien. Mais bizarrement, les contes de fées ne précisent pas que le prince charmant est parfois infidèle ! D’ailleurs, Ben cache bien son jeu : c’est en fait un séducteur compulsif, qui carbure à la vodka-orange. Jusqu’au jour où la mort de sa mère le plonge dans une terrible crise existentielle.
Son chemin croise alors celui de Claire, une coach-thérapeute déjantée, qui lui lance un défi : accepter de Cathy ce qu’il se permet lui-même. Pour Ben, le cauchemar commence… Il va se retrouver dans des situations désopilantes qui l’obligeront à voir les choses en face : si le prince charmant est infidèle… la princesse peut l’être aussi !

VERITABLE SERUM DE VÉRITÉ,
CE ROMAN EST UN COCKTAIL D’HUMOUR DÉCAPANT.
À LIRE SANS MODÉRATION !

Dès que j'ai vu ce roman, il m'a très vite intriguée. Je me suis donc lancée dans l'aventure avec ce prince charmant du XXIème siècle, et il ne fut pas de tout repos !

Ben est fou amoureux de Cathy, vraiment. Leur histoire dure depuis quatre ans, et il ne se voit pas vivre avec quelqu'un d'autre. Sauf que cela ne l'empêche pas de se glisser dans les bras d'autres femmes. Mais il l'aime sa Cathy, c'est pour cela qu'il ne faut jamais que cette dernière se doute de ses écarts, car il est inconcevable qu'il la perde pour une étroitesse d'esprit. Car ce n'est pas lui qui est à blâmer, hein, c'est juste que Claire ne comprend pas son ouverture d'esprit, et que c'est justement parce qu'il est amoureux d'elle qu'il va parfois - souvent - voire ailleurs...

Sauf que... Un jour, sa mère décède. Et s'en suit une incroyable crise existentielle, accompagnée de crise de panique. Alors quand il tombe, par hasard, sur Claire, une coach-thérapeute, et que celle-ci lui avoue que son malaise vient du fait qu'il est incapable d'avouer à Claire qu'il est loin d'être monogame, Ben hurle (parce que quand rien ne va, BEN HURLE. - et ce n'est pas moi qui le dis !) Pire encore, quand Claire lui suggère de laisser Claire découvrir sa sexualité en lui soumettant l'idée de la pousser à la tromper, la descente aux Enfers de Ben ne fait que commencer...

Je n'avais pas lu les précédentes publications d'Ondine Khayat, mais si une chose m'a beaucoup étonnée, c'est la facilité avec laquelle le livre se lit. Elle arrive assez aisément à se mettre à la place du personnage principal masculin et à nous transmettre ses pensées sans que cela ne se ressente. C'est assez bien fait, et je n'ai pu m'empêcher de rire des déboires de notre anti-prince charmant.

Ben est véritablement un cas social. Macho et égoïste, j'avoue que s'il m'avait tenu ce genre de discours, je l'aurais tout bonnement éviscéré depuis longtemps. Et pourtant, on ne peut s'empêcher de rire, à ses dépends bien entendu. Tout est prétexte à le remettre à sa place, sans qu'il ne s'en rende compte, et je me suis très vite prise au jeu.

Il faut dire, par contre que le scénario est totalement irréaliste et complètement tiré par les cheveux. On sent très vite que ce n'est absolument pas le genre de situation que l'on vivrait, ou que l'on croiserait à chaque coin de rue (même s'il doit y en avoir, pourtant...). Mais drôle, frais et léger, le roman se lit tout seul et m'a fait au final passer un très agréable moment.

En définitivement, c'est un livre qui fait drôlement du bien et qui amène très vite le sourire sur les lèvres. Une "romance" assez atypique, où la morale est à se tordre de rire, j'ai adoré la vision du prince charmant que nous propose Ondine Khayat. Un livre doudou, réconfortant, à lire pour se dérider et se détendre, tout simplement !

Éditeur : Michel Lafon - Date de parution : 05 mars 2015 - Prix : 16,95 € - 331 pages.

f t g m