Copyright 2017 - Site by Misterdan

La Torche Ardente écrit par Paul Doherty

Londres, février 1381. Au coeur de la ville plongée dans un hiver rude, un massacre sanglant fait suite au comportement du régent, Jean de Gaunt, qui exige des impôts croissants : neuf personnes dont des collecteurs d'impôts, une escorte militaire et des prostituées, sont assassinés dans une taverne de Southwark, La torche ardente. Le régent ordonne à son frère Athelstan d'élucider l'affaire.

Paul Doherty est né dà Middlesbrought, dans le Yorkshire. Il est l'auteur de plusieurs séries historico-policières dont Les Enquêtes de Frère Athelstan (un Dominicain du 13e siècle), les enquêtes de Hugh Corbett (espion du roi Edouard Ier) et celles d'Amerotkê, juge de l'Égypte du 15e siècle avant J.-C. Le romancier est aujourd'hui professeur d'histoire médiévale.

La Torche Ardente se situe donc dans l'univers de prédilection de l'auteur Anglais. Et, j'ai bien senti que ce monsieur savait exactement de quoi il parlait. J'adore les romans policiers historiques. Particulièrement lorsque le conteur connait très exactement son sujet et sait écrire de très belle manière comme c'est le cas ici.

J'ai particulièrement adoré l'ambiance pesante de ce thriller haletant. La desciption des évènements est parfaite à mes yeux car elle reflète parfaitement une époque, une saison et un contexte sociale. De fait, ce n'est absoluemnt pas donné à tout le monde de pouvoir tranmettre à ses lecteurs et lectrices une atmosphère si particulière que le lectorat en a l'impression de voir, sentir et vivre l'action. C'est pourtant le cas ici tant l'histoire tranpire de la passion du romancier pour son sujet.

Par ailleurs, les personnages sont excellents car, selon moi, ils sont complètement crants de vérité. Ce qui m'indique clairement une véritable création psychologique, un travail de recherche et une vraie réflexion autour des protagonnistes. Pour moi, un bon héros reflète les qualité d'un excellent écrivain.

Bref, tout cela pour dire que je conseille plus que vivement ce roman...

Genre : policier, thriller - Nationalité : Britannique - Éditeur : 10/18 - Collection : Grands Détectives - Inédit - Traduit de l'Anglais (Royaume-Unis par Christiane Poussier - Date de parution : 04 juin 2014 - 360 pages - Prix : 8,40 €.

La Confidente des Morts écrit par Ariana Franklin

Cambridge, 1171. Un enfant a été massacré dans des conditions atroces et d'autres sont rapidement portés disparus. Les juifs, désignés comme boucs émissaires par le clergé catholique, ont été forcés de se retirer dans le château seigneurial afin d'éviter un lynchage en règle par les habitants furieux. Henry, roi d'Angleterre, ne voit pas ces événements d'un très bon oeil, d'autant plus que la communauté juive lui procure une grande partie de ses revenus... Le véritable assassin doit être trouvé, et rapidement. Un enquêteur de renom, Simon de Naples, est dépêché depuis le continent et débarque en ville accompagné d'un Arabe et d'une jeune femme, Adélia Aguilar, diplômée de la Grande Ecole de médecine de Salerne. Sa spécialité est l'étude des cadavres, un savoir-faire qu'elle doit garder secret si elle veut éviter d'être accusée de sorcellerie. L'enquête d'Adelia la plongera au coeur de Cambridge, son château et ses couvents, dans une ville médiévale grouillante de vie ou, fatalement, elle attirera l'attention d'un meurtrier prêt à tuer à nouveau...

Lire la suite...

Les Doutes de Salaï écrit par Rita Monaldi et Francesco Sorti

1501. Salaï, chapardeur, séducteur gourmand et incorrigible menteur, arrive à Rome avec son père adoptif, peintre et architecte sans cesse à court d'argent et de reconnaissance, l'esprit encombré d'inventions improbables, un certain Léonard de Vinci. Un mystérieux et puissant seigneur de Florence a chargé Salaï d’espionner son vieux maître et de lui rapporter chaque jour, par lettres, ses moindres faits et gestes. D'abominables rumeurs sur le pape et la mort horrible d'un écrivain entraînent les deux protagonistes sur les traces d'un étrange cercle d'Allemands et d’Alsaciens. Prélats, banquiers et lettrés, ils préparent, depuis Rome, à coups de contrefaçons et de faux documents, une révolution sans précédent dans la Chrétienté.

Lire la suite...

Le Sceau du Diable écrit par Peter Tremayne

Irlande, an de grâce 671. Une délégation anglo-saxonne arrive à Cashel pour débattre des nouvelles règles religieuses de Rome avec une délégation irlandaise. L'abbé d'Imleach conduit la délégation irlandaise, très hostile aux nouvelles règles, tandis que dans la délégation anglo-saxonne se trouve le frère cadet d'Eadulf, Egric. Le Vénérable Favorinus, un observateur désigné par Rome, est également présent. Mais le débat devient rapidement venimeux et l'abbesse Dar Oma est nommée comme médiatrice entre les deux parties. Lorsque son corps est découvert battu à mort, l'animosité est à son comble : le chef Brehon Aillín accuse le jeune Egric et le Vénérable Favorinus affirme que le meurtrier est frère Madagan, le délégué de l'abbé d'Imleach. Pour endiguer l'effusion de colère et de sang, Fidelma doit faire le jour sur cette affaire. Mais y aurait-il derrière ce meurtre quelque chose de plus sinistre que des différents religieux ? Victimes et suspects se mélangent pour construire un écheveau de mystère plus complexe et sanglant que Fidelma et Eadulf n'en ont jamais rencontré.

Le Sceau du Diable est le 25e titre inédit de Peter Tremayne aux éditions 10/18. C'est donc dans dans un format original (130x200) que ce roman est publié.

Éditeur : 10/18 - Collection : Grands Détectives - Date de parution : 07 mai 2015 - 364 pages - Traduit de l'Anglais (Grande-Bretagne) par Corine Derblum - Prix : 13,90 €.

Une nuit éternelle écrit par David Khara

Dans un Manhattan post-11 septembre vacillant, où le crime règne, les pierres se fendent et les empires s'écroulent, un être venu de l'ombre a décidé de placer tous ses espoirs sur un homme. Werner a ainsi fait le choix de veiller sur l'humanité du haut de ses deux cents ans : il est devenu l'ami de Barry Donovan, un flic droit et intègre qui porte le deuil de sa femme et de sa fille, décédées dans l'effondrement d'une des tours jumelles. Et leurs forces conjuguées ne seront pas de trop pour affronter les exactions qui se préparent. Un pasteur a été égorgé, sa main gauche, emportée. L'assassin s'est livré de lui-même, un ancien toxico, bien connu de Barry. Mais derrière ce bouc émissaire, un Ordre plus ancien que Werner lui-même étend son pouvoir sur les plus bas instincts des hommes...

Ce livre est la suite des Vestiges de l’aube (excellent livre que je vous recommande) donc nos deux personnages principaux sont toujours Barry Donovan, flic new-yorkais, et Werner Von Lowinsky, vampire très atypique du 19e siècle.

Au début du livre nous sommes peut de temps après la fin du premier tome, dont un rapide résumé est fait parfaitement en deux pages. On comprend que Barry et Werner sont devenus de vrais amis très proches et que Barry s’habitue à la nature de son ami.

Après sa convalescence, Barry reprend le travail avec une affaire des plus difficiles, le meurtre d’un pasteur et de son fils. Mais avant cela, le premier chapitre donne le ton du livre et nous éclaire sur ce qu’il va se passer, un retour de quelques siècles en arrière qui nous indique que nous allons en savoir plus sur Werner et d’où il vient.

Le livre est donc plus centré de manière lointaine au début mais de plus en plus sur Werner et sur comment il est devenu vampire. On n’est pas du tout dans l’histoire de vampire à la mode. Werner est un vampire qui connait mal sa condition car déjà il ne connait pas d’autres vampires et il ne sait même pas comment il est devenu vampire. Du coup c’est un personnage assez sombre et très réfléchi qui porte un regard très extérieur sur le monde du 21e siècle. Sa relation avec Barry prend un tournant et aussi des risques mais elle devient de plus en plus intéressante et ils forment à la fin un vrai duo.

L’histoire est parfaite. Au début on peut ne pas comprendre ce qui va relier le double meurtre et cette société secrète mais Mr Khara nous amène au fur et à mesure les liens entre ces deux histoires. Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde et c’est le cas dans tous les livres de David Khara. On alterne entre le point de vue de Barry (point de vue extérieure) et de Werner (point de vue interne) de façon irrégulière mais intéressante et du coup on comprend mieux Werner.

Les personnages secondaires et surtout les collègues de Barry sont plus présents et tous sont intéressants. Sa coéquipière Abigayle Raven est une femme qui en a dans le pantalon et que l’on apprécie au fur et à mesure du livre. Le personnage de Lana Carvey, dans le premier livre elle était intéressante mais aussi énervante par son caractère, là on la découvre enfin sous un nouveau jour pas déplaisant du tout et pour la suite (oui je croise les doigts pour une suite et je le ferais savoir à David Khara) je sens qu’elle va devenir importante.

Pour résumé et pour tout vous dire, je vous recommande de vous procurer rapidement ce livre et celui d’avant (et pourquoi pas les autres) car vous allez, je l’espère, comme moi prendre votre pied. Je suis une fan de l’auteur et de l’être humain. Je vais citer la postface de Philippe Ward qui résume à la perfection ce que je pense de David Khara et de ses livres : « Dans le monde des livres, David ne se prend pas au sérieux, mais attention, il écrit sérieusement. » « Rencontrez-le dans un salon pour discuter avec lui, vous ne le regretterez pas. ».

Éditeur : Fleuve Editions - Date de parution : 13 novembre 2014 - Prix : 18,90 € - 311 pages.

Le Sang Versé écrit par Asa Larsson

À 145 kilomètres du cercle polaire, dans l'atmosphère crépusculaire du grand nord, un petit village aux environs de Kiruna, ville natale de l’avocate, est sous le choc : le pasteur de la paroisse - une femme - vient d'être assassiné. En mission là-bas pour son cabinet d'avocats, Rebecka remonte la piste de cette affaire qui réveille le souvenir traumatisant d'un autre meurtre…

Lire la suite...

Dissonances écrit par Carin Gerhardsen

Une jeune femme nue, traumatisée, mutique est retrouvée sur un palier d’immeuble. Si elle refuse de parler, le voisinage, lui, est plus bavard. Et accuse sans hésitation le propriétaire de l’appartement devant lequel elle se trouvait. Le réparateur de piano John Gideon doit, selon eux, au mieux être un pervers, au pire un pédophile. Comment expliquer sinon les va-et-vient incessants de demoiselles chez lui ?

Lire la suite...

À toute épreuve - Tome 3 écrit par Harlan Coben

Huit mois. Huit mois que Mickey a été témoin de la mort brutale et tragique de son père. Huit mois de doutes, d'épreuves et de mensonges... mais le pire reste encore à venir. Alors que la mystérieuse association Abeona peine à lui apporter des réponses, son amie Emma révèle un étonnant secret. Malgré les obstacles, l'espoir de Mickey est à toute épreuve : quelque part, il en est sûr, son père a besoin de lui...

Avis : C’est le 3e tome des aventures de Mickey Bolitar, jeune lycéen en classe de seconde qui a intégré l’équipe de basket de son lycée.

N’ayant pas lu les deux tomes précédents, j’étais un peu perdu au début mais assez souvent dans le livre il y a des rappels sur ce qu’il s’est passé avant. Ces rappels aident un peu à comprendre ce qu’il s’est passé avant.

J’ai aimé le livre mais sans plus. Le personnage principal (Mickey) est celui qui raconte l’histoire, je ne l’ai pas trouvé très intéressant, il m’avait l’air parfois à côté de la plaque et assez naïf ce qui s’est confirmé à la fin du livre.

Mon intérêt a plus été vers les personnages secondaires comme celui d'Ema, une jeune ado gothique dont la mère est une star célèbre du cinéma. Elle n’a pas un physique de rêve mais elle a une sacrée personnalité et beaucoup de culot. Il est dommage qu’elle ne soit pas plus dans le livre même si elle est au cœur d’une histoire d’amour sur internet.

L’histoire est intéressante. Cette association Abeona et les liens avec la Seconde Guerre mondiale ont attisé ma curiosité mais dans ce tome on n’en apprend pas beaucoup et du coup elle reste assez floue. J’aurais aimé en savoir d’avantage sur celle qui semble à la tête d'Abeona. Après une des histoires secondaires, avec Troy le capitaine de l’équipe de basket, est très bancal et ne m’a pas du tout convaincue. Bref je ne vois pas ce qu’elle apporte en plus.

Si comme moi vous n’avez pas lu les deux tomes précédents (À découvert et À quelques secondes près) vous risquez de rester un peu sur votre faim.

Éditeur : Pocket Jeunesse - Date de parution : 06 novembre 2014 - Prix : 18,90 € - 312 pages.

Mauvais coucheur écrit par Carl Hiaasen

Un jeune couple en voyage de noces sur la pointe des Keys, en Floride, repêche un bras sectionné. Voilà qui suffit à éveiller les soupçons d'Andrew Yancy, ex-inspecteur de police réaffecté malgré lui à la "brigade des cafards", chargée du contrôle sanitaire des restaurants. Bien décidé à récupérer son poste et l'insigne qui va avec, Yancy entreprend sa propre enquête, tout sauf officielle. Ses recherches le mènent de la Floride à une île perdue des Bahamas. Il y rencontre un natif du lieu qui ne recule devant rien pour empêcher un promoteur d'édifier un nouveau complexe touristique sur son île. Pour retrouver le propriétaire du bras, Yancy fera appel à tous, même à un singe bahamien, pourtant bien mauvais coucheur.

Lire la suite...

f t g m