Copyright 2017 - Site by Misterdan

2 - De Mères en Filles – Tome 1 : Alice écrit par Dominique Drouin

Provence, 1890. Alice Martin naît de l'union illégitime entre un homme marié et sa jeune belle-sœur. Le destin voudra qu'elle grandisse sous la garde de son père naturel et de son épouse, qui ignore tout des origines de sa fille adoptive. Perpétuellement en quête d'amour et de vérité, elle trouvera dans la pratique du piano son seul réconfort.
Claudio Calvino, un immigrant italien pauvre, travaille sur le parvis de l'Opéra de Lille. Sa vie bascule lorsqu'un maestro l'entend chanter des airs populaires et lui fait une offre qu'il ne peut refuser. À quinze ans, il quitte tout pour devenir chanteur d'opéra.
Ces deux destins que tout opposait ne feront plus qu'un dans une grande passion amoureuse et musicale. Alice et Claudio quitteront la France et s'établiront au Canada pour y élever leur descendance.
Alice, premier tome de la saga De mères en filles, se déroule tout le long du 20e siècle et se décline sur quatre générations de femmes déterminées à prendre en main leur existence pour connaître le bonheur.

Je ne suis pas une grande amatrice de saga familiale ou de musique, et pourtant le résumé de ce roman m'a énormément intriguée. J'ai quand même mis un certain moment à bien rentrer dans le récit, le début fut assez laborieux, puis je me suis sincèrement prise d'affection pour Alice et son histoire.

C'est un livre qui se lit vraiment facilement ensuite. On suit en parallèle deux histoires au début : celle d'Alice, jeune fille illégitime, fruit de l'union d'un homme et de sa jeune belle-sœur dans un Paris assez aristocratique en 1890, et celle de Claudio, fils d'immigrants italiens qui travaille à l'opéra comme maçon. Deux univers bien distincts, et pourtant ces deux-là vont se rencontrer grâce à leur amour pour la musique et l'opéra.

L'histoire est vraiment centrée sur Alice. Tout au long du roman on accompagne ce personnage dans sa quête sur ses véritables origines. J'ai adoré la voir grandir, observer cette petite fille si renfermée sur elle-même animée par la passion du piano, qui va évoluer et devenir une belle jeune femme vive et exaltée. Sachant que c'est une saga familiale, on sent que c'est elle qui va influencer tout le devenir de cette famille. Il faut savoir que les 360 pages relatent sa vie jusqu'à 1933. Le rythme est donc très rapide, on subit parfois quelques ellipses temporelles, mais pour ma part cela ne m'a pas dérangée. Au contraire j'ai trouvé que cette astuce évitait au lecteur de s'ennuyer sur des périodes sans importances au final pour l'histoire.

Le fil rouge du roman reste cette recherche d'Alice sur sa véritable mère biologique. Et pourtant cette réponse va être longue à lui parvenir. A côté, on s'attache à Alice, à sa vie, ses espoirs, sa famille, ses filles. Je me suis baladée dans les rues de Provence, de Montréal ou encore de Paris à son côté avec régal. Mais j'ai beaucoup aimé la dimension historique de ce roman sur la condition difficile de la femme à cette époque sans pour autant être un roman purement féministe.

La plume de Dominique Drouin est très poétique, parfois même métaphorique. J'ai quelques fois eu l'impression que l'auteur décrivait des tableaux, des paysages pour faire mieux comprendre les sentiments qu'elle voulait transmettre à son lectorat. Ses descriptions sont très réalistes, on arrive parfaitement à se représenter l'environnement qu'elle essaie de nous faire parvenir.

En conclusion, c'est un livre qui m'a beaucoup plu sans pour autant être un coup de cœur. J'ai aimé suivre l'histoire d'Alice même s'il m'a manqué un peu de piment pour me satisfaire totalement. Il reste pourtant très difficile de quitter les personnages, et j'ai hâte de pouvoir continuer à suivre la famille Calvino dans le prochain tome à travers l'histoire d'Ariane, la fille d'Alice.

Éditeur : Hugo Roman - Date de parution : 08 janvier 2015 - Prix : 16,95 € - 360 pages.

f t g m