Copyright 2017 - Site by Misterdan

La petite herboristerie de Montmartre écrit par Donatella Rizzati

Paris, novembre 2004.
Viola Consalvi passe pour la première fois la porte d'une herboristerie tout près de la rue Lepic, à Montmartre. Pour cette passionnée de naturopathie, la découverte de ce lieu hors du temps est un véritable coup de foudre. Au contact de cet endroit magique et de sa propriétaire, Gisèle, la jeune étudiante est confortée dans son choix d'étudier la médecine alternative, choix que n'a hélas pas accepté sa famille. Son diplôme en poche, Viola retourne à Rome et rencontre l'amour en la personne de Michel. S'ensuivent six ans de bonheur, qui volent en éclat quand Michel décède brutalement d'un arrêt cardiaque. Bouleversée, anéantie, Viola se sent basculer. Au plus fort de la tourmente, une idée lui traverse soudain l'esprit : et si elle retournait à Paris, là où tout a commencé ?

Le roman feel-good de l’été nous promettent les Editions Charleston. Et c’est plutôt réussi.

La petite herboristerie est tout d’abord une déclaration d'amour de l’auteure Italienne à la capitale Française. Elle promène ses personnages de lieux en lieux, leur fait emprunter de délicieux passages presque secrets, les accompagne dans les parcs, dans les restaurants.

C'est ensuite, comme on s'y attend, une jolie romance. Même si j'ai trouvé l’intrigue un peu trop convenue. On a tous les ingrédients du genre : Viola, la jolie fille, cette fois en deuil, Romain, le beau ténébreux, un brin insupportable, les parents qui vont à l’encontre de leur fille, une mère de coeur en la personne de Gisèle... Heureusement c’est plutôt bien écrit, ça se lit facilement, et donc c’est bien le roman parfait pour emporter dans la valise des vacances.

D'autant que si l'histoire m’a moyennement convaincue, ce roman m'a réservée une belle surprise venue du goût de a romancière pour les médecines alternatives. C'est l'herboristerie découverte par hasard qui a conforté Viola dans son choix de devenir naturopathe, et qui lui redonnera foi en la vie quand les heures seront trop sombres. Donatella Rizzati s’y connait bien en médecines alternatives, ou s’est très bien documentée. Car elle parle à merveille de la naturopathie et du reiki, mais aussi de la phytothérapie, ou de l’iridologie. Pour nous faire mieux entrer dans ce monde, elle parsème son roman de petites fiches explicatives. Chaque spécialité alternative bénéficie de ces annexes. On apprend ainsi les bienfaits des plantes et des préparations comme les Fleurs de Bach. L’autrice nous donne de vraies recettes : de tisanes (relaxante, énergisante, apaisante..), de produits cosmétiques (eau tonifiante au concombre et à la rose, beurre de cacao, bain parfumé, crème régénératrice, et bien d’autres..). Ces fiches nous expliquent aussi les différents chakras utilisés en naturopathie et la façon de les utiliser. Et elles nous donnent aussi un cours d’iridologie, en nous expliquant les différents types iridologiques.
J’ai vraiment beaucoup apprécié cette façon de procéder, c’est ludique et ça nous apprend plein de choses. Ayant eu l’occasion il y a quelques années d’utiliser et d’apprécier les Fleurs de Bach, sur les conseils d’une amie, ce roman m’a donné envie, et pourquoi pas..., de tester la naturopathie.

Après avoir été diplômée en langue et littérature étrangère, titulaire d'un master de traduction littéraire, Donatella Rizzati est devenue traductrice. La petite herboristerie de Montmartre est son premier roman, et a déjà été publié dans plusieurs pays.

Editeur : Charleston - Traduction  de l'Italien par Léa Tozzi - Date de parution : 09 mai 2017 - 416 pages - Prix : 22,50 €.

f t g m