Copyright 2018 - Site by Misterdan

Les noces de la passion écrit par Laura Lee Guhrke

« Lady Viola était tombée amoureuse de John Hammond au premier regard et la cour passionnée qu'il avait aussitôt entreprise avait entretenu l'illusion d'une réciprocité. Jusqu'à leur mariage... où Viola avait dû se résoudre à l'amère vérité : John ne l'aimait pas. Il ne l'avait épousée que pour sa fortune. Le cœur brisé, elle s'était juré de ne plus jamais lui ouvrir son lit. Depuis maintenant huit ans, ils cohabitent en observant une politesse glaciale, sans même sauvegarder les apparences. Mais le jour où John décide d'avoir un héritier, il lui faut reconquérir sa femme. Et cette fois, c'est à son tour de souffrir !»

Rageant !

Tout le long de ma lecture, j’ai été un vraie boule de nerfs!

Les mariages de raison au 19e siècle et dans l’aristocratie anglaise, il en a autant que de la verdure en Ecosse. Mais une romance dans laquelle une femme accepte son sort, cela me reste en travers de la gorge.

Quelques semaines après son mariage « d’amour » avec John, Viola apprend que son mari entretenait avant et pendant qu’il lui faisait une cour assidue une maitresse. Maitresse qu’il entretient toujours après leur mariage à qui il offre des bijoux avec l’argent provenant de sa dot. Malgré la désillusion, le coeur brisé et la honte, elle ne peut divorcer du goujat car le divorce ne lui sera jamais accordé. Rappelez-vous, au 19ieme siècle, les femmes n’ont pas voix au chapitre. Viola n’a d’autres choix que de refuser son lit à ce mari volage. Ce que j’aurais fait aussi après avoir glisser un serpent dans son lit. Ça va de soi ! 

Au lieu de se remettre en question, ledit mari se désintéresse de son épouse trahie et enchaine au vu et au su de tout le monde des liaisons extra conjugales obligeant ainsi sa femme à côtoyer en soirée ses maitresses qui bien sûr ne s’empêchent pas de narguer son épouse.

Mais suite à un événement fâcheux, Hammond se retrouve sans héritier et la tout d’un coup, il se rappelle de son épouse et exige de cette dernière qu’elle accomplisse sont devoir d’épouse à savoir lui donné un héritier après plus de 8 ans d’affront.

Je n’ai pas pu, tout le long de cette histoire, me cantonné au rôle de simple lectrice. j’ai endossé le « rôle » de femme et j’ai détesté tous les personnages.

Hammond parce que c’est un goujat de la pire espèce qui considère sa femme comme une usine à héritier, Viola parce qu’elle à fini par succomber aux charmes de ce goujat et à Laura Lee Guhrke pour avoir si bien écrit un roman qui m’a fait pété les plombs.

Editeur : J’ai lu - Date de parution: 04 Octobre 2017 - Prix : 7,40€ - Pages: 384 - Acheter sur J'ai Lu Pour Elle.com

f t g m

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données