Copyright 2018 - Site by Misterdan

Forbidden écrit par Tabitha Suzuma

Résumé (traduction personnelle non homologuée)

Elle est belle et talentueuse – 16 ans et jamais embrassée.
Il a 17 ans ; magnifique et à l’aube d’un brillant futur.
Et ils tombent amoureux.
Mais…
Ils sont frère et sœur.

Bien que ce livre récolte des avis dithyrambiques sur la blogo, en ce qui me concerne, je n’ai vraiment pas pu. Au point que je me suis dégonflée : je me suis arrêtée à la moitié, au premier signe incestueux.

Car c’est bien de cela dont il s’agit : une histoire d’amour incestueuse. Je le savais, pourtant, que c’était le sujet de ce roman. Mais je m’étais dit qu’il était tellement encensé que je serais happée par la beauté de l’écriture et du contexte.

Eh bien non, absolument pas. Je me suis tellement blindée avant d’attaquer la lecture que je suis passée complètement à côté. Mais « à côté » du genre Forbidden est au pôle nord et moi au pôle sud…

On démarre dans une ambiance hyper glauque avec cinq gamins d’une mère démissionnaire qui picole et ne s’occupe pas du tout d’eux. Ce sont donc les deux aînés qui prennent en charge l’ado rebelle de 13 ans et les deux bien plus petits. Leur situation est précaire, en résumé : ils ont une vie de merde. Et rien dans ce livre, (la partie que j’ai lue en tout cas mais je sais que la deuxième moitié est encore pire) n’apporte une lueur d’espoir ou de positif ou même d’optimisme dans ce quotidien qui pousserait n’importe quel emo dépressif à croire que la vie est belle. Rien. Si bien que l’atmosphère devient oppressante, vraiment malsaine à tous les niveaux et que je n’avais aucune envie de reprendre mon livre à chaque fois que je le posais.

C’est bien écrit, certes, mais sans plus. Ce n’est pas non plus une écriture très poétique qui pourrait nous faire oublier la gravité du sujet abordé. Lochan, le frère aîné, est psychologiquement très perturbé, dans le sens où il a de gros problèmes relationnels et c’est un être extrêmement torturé. Ses points de vue (qui sont en alternance avec ceux de sa sœur Maya) sont étouffants, on souffre pour lui. C’est certainement le seul point positif que je peux souligner dans ce roman : l’intensité de l’écriture lorsqu’on est dans la tête de Lochan.

Pour le reste, je suis désolée mais pour moi ça n’a pas fonctionné du tout. Surtout que les personnages de la mère et du petit frère en pleine rébellion sont tellement caricaturaux qu’ils en devenaient vite agaçants. Je veux bien lire des livres qui ne sont pas que paillettes et arcs-en-ciel mais là, c’est tout de même trop. Trop sombre. Trop déprimant. Trop tragique. Trop. Quand j’ai décidé d’abandonner ma lecture, j’ai demandé à B., fidèle copine de lecture commune, de me résumer la fin, pour savoir comment ce drame se terminait. Et là, je me suis dit que j’avais pris la bonne décision en n’allant pas plus loin car j’étais déjà traumatisée avec son résumé, qu’est-ce que ça aurait été en lisant tout ça en détail ?

Je n’ai à aucun moment réussi à me dire « allez, c’est l’amour, c’est beau », parce que non, pour moi ce n’est pas ça, l’amour. Ça reste un frère et une sœur, qui sortent du même utérus, qui ont été élevés ensemble, qui se connaissent depuis toujours, et qui vont au-delà d’un sentiment intense qui les unit en dépassant des limites qui ne devraient jamais être franchies, jamais. L’inceste est définitivement un sujet qui me met bien trop mal à l’aise pour que je puisse l’apprécier et cette expérience sera la première et la dernière en la matière. J’en suis venue à me demander « mais comment peut-on avoir envie d’écrire une histoire d’amour sur ce sujet ? » Et rien que ça, je dis non. Ça m’échappe…

Je dois même avouer que j’en suis au point de regretter d’avoir lu cette moitié, et pourtant, j’ai reposé mon livre dès le premier signe annonciateur de l’inceste… Donc j’ai échappé au pire. Mais le moins pire était déjà de trop.

Cela dit, parmi les personnes qui lisaient le livre avec moi, elles ont toutes été touchées d’une façon ou d’une autre et ont apprécié leur lecture. Donc si le sujet ne vous rebute pas… Enfin, ça reste une histoire sombre du début à la fin, sachez-le…

Voici l'avis des copines avec qui j'ai fait cette semi lecture commune (puisqu'abandon) et vous trouverez de tout !

VO : Definition – Version Française à venir - Date de parution : 27 mai 2010 – Prix : ebook 6,49 € / paperback 9,04 € - 432 pages

f t g m