Copyright 2017 - Site by Misterdan

Gangland Undercover (Saison 1)

Véritable coup de cœur pour cette nouvelle série signée History. La série est un vrai diamant brut qui je l’espère, continuera d’être exploité par la chaîne avec une saison 2.

 

GU

 

Je vous avais déjà présenté la série dans un article il y a quelques semaines, ICI. Et il était plutôt positif. Aujourd’hui je maintiens haut et fort mes dires et, mes attentes ont été comblées comme il se doit. D’ailleurs, Place-To-Be a été la première source Française à en parler (si si c’est vrai même Allociné ne l’avait pas sur son site). Quant à moi, je suis membre de plusieurs groupes de séries, personne n’en avait entendu parler avant.

 

 

La vie des Bikers est beaucoup moins « hollywoodienne » que la série Sons of Anarchy, que j’adorais également. Mais finalement ce n’est pas plus mal et ce, malgré le fait que les deux soient incomparables, puisque le genre est totalement différent : d’un côté nous avons une série fictive et de l’autre, Gangland Undercover qui est totalement vraie. C’est une série-documentaire.

J’aimais beaucoup beaucoup SOA, et je me suis vraiment attachée à cette famille que sont les Tellers et SAMCRO. Mais je dois avouer que pour Gangland Undercover, j’étais surexcitée à chaque épisode. Pour ma part, je les ai eus avant qu’ils ne sortent sur les différentes plateformes et donc  visionnés en version originale tout court. J’ai vraiment apprécié chaque moment de la série, et pas une seule fois je me suis ennuyée. Forcément le format est sans doute approprié pour ça, puisque la saison 1 ne comporte que 6 épisodes (de 42 minutes chacun).

 

Gangland Undercover (Saison 1)

 

Concernant l’histoire : Un seul mot peut résumer cela, passionnante. Réellement passionnante. D’accord, j’ai quand même quelques prédispositions puisque j’ai toujours adoré l’univers Bikers. Mais ici, ce n’était pas forcément un pari gagné d’avance puisque nous voyons le monde des Bikers d’un œil complètement différent. Eh bien oui, une image du côté des « gentils » si je puis dire. Il fallait donc un sacré cocktails pour que les choses marchent. Pour moi, le pari est remporté et de très loin. La tension est toujours présente, et bien évidemment plus nous avançons dans les épisodes, plus les choses sont intenses.

Avec cette intensité, nous avons énormément de place pour l’imagination. Dans la série, pas de sang, pas de gore, pas de drogues montrées à tous les coins de rues. Non, tout est suggéré la plupart du temps. Avec Gangland, vous voulez montrer à tous qu’un personnage est accro à une quelconque drogue ? Le jeu d’acteur et un plan sur une aiguille suffisent amplement. Les gestes ou les faits ne sont pas montrés explicitement. Et c’est là où j’en viens au jeu d’acteur, qui est assez impressionnant et pour tous les personnages. Tous sont crédibles.

Alors, forcément, j’ai depuis le début un penchant pour Stash mais c’est à mon avis un peu subjectif puisque j’aime beaucoup son interprète James Cade. Mais indéniablement, la palme revient à Damon Runyan qui joue Falco, le personnage central et clé de l’intrigue. Son interprétation est divine. Globalement, les acteurs et actrices sont tous au top et notamment Melanie Scrofano, très impliquée dans son rôle de Suzanna. 

 

Gangland Undercover (Saison 1)

 

L’épisode final était une belle réussite avec l’accomplissement de la mission et forcément tout à un prix. J’ai un seul petit regret, que Charlie ne soit pas reparti avec Suzanna (Melanie Scrofano). Leur couple était plus que mignon et l’actrice était vraiment super.

Concernant les images : Comme dis plus haut, tout est souvent suggéré et le but n’est pas de choqué par l’image mais plutôt par la connaissance. En fait c’est un point commun avec toutes les séries History (Vikings, Sons of Liberty …), elles sont toutes très bien tournées avec de beaux plans et de magnifiques images et là ma première pensée sera pour la scène ou, Kid, Lizard & Falco vont tester leurs bécanes et ce sentiment de liberté que même nous, spectateurs arrivont à ressentir.

Les scènes violentes, cruciales sont toujours théâtrales et poétiques. Et c’est appréciable dans une série qui traite d’un sujet aussi brutal après tout. La musique est présente, pas toujours mais lorsqu’elle y est, les sons sont familiers au monde des Bikers. Du rock, et du hard rock. Simple mais efficace !

 

GU1

 

Qu’en est-il de l’avenir de la série ?

Bien qu’à la base la série soit une mini-série documentaire, l’acteur principal a cependant confirmé qu’une saison 2 serait lancée si la chaîne valide cette décision. Cela va donc dépendre un peu des audiences, qui ne sont certes pas les plus hautes, mais après tout vu le peu de promo dont elle a bénéficié, c’est logique. Mais également de l’engouement qu’elle va provoquer sur la toile. Pour ce deuxième point, cela semble être en bonne voie puisque je surveille quasiment tous les jours les réseaux sociaux et je vois que de plus en plus de personnes sont séduites par la série.

J’espère fortement que la série aura sa chance pour une seconde saison, parce que les séries de qualité se perdent au profit des séries qui sont un peu trop commerciales (qui se ressemblent toutes) et qui sont renouvelées indéfiniment pour des raisons incompréhensibles ou inconnues. Les aventures de Charles Falco avec les Vagos se terminent lors de cette saison 1 mais nous savons qu’il a, par la suite, intégré d’autres clubs de Bikers (Trois clubs différents, donc trois saisons ?). Il serait donc intéressant de voir la suite de son travail et comment ses aventures dangereuses ont pu bouleverser sa vie. Le final nous laisse une note de travail inachevé tout en bouclant la boucle. Quoi qu’il en soit,

Gangland Undercover est une série à voir absolument. 

 

VOIR LE TRAILER

f t g m