Copyright 2018 - Site by Misterdan

Gotham : Rise of the villains "A Bitter Pill to Swallow" (Saison 2 – Episode 9)

Diffusé le 16/11/2015

 

Gotham

 

Tabitha met un contrat sur la tête de Jim et ce dernier ainsi que le commissaire Barnes et quelques collègues doivent tenir un siège improvisé dans l’appartement qu’occupait Theo Galavan. Bruce, toujours en quête de vérité, se heurte à un Alfred passablement têtu. Ed se retrouve à jouer les infirmières/psychologues pour un Oswald qui n’a plus le goût de rien.

J’avoue que je ne savais pas réellement à quoi m’attendre cette semaine suite à la catastrophique séance de la dernière fois. Bref, toujours est-il que « L’arc Galavan » continue en fond. Cet épisode est un savant mélange d’action « Badass » et de psychologie avec respectivement les mésaventures de Jim d’un côté et celle d’Edward et d’Oswald de l’autre.

 

Commençons par Jim dont la tête a été mise à prix par Tabitha, la sœur de Theo Galavan, non pas pour l’incarcération du dit frère mais pour ce qui est arrivé à Barbara. Une horde d’assassin sont donc envoyés à tour de rôle aux basques de l’inspecteur Gordon alors que ce dernier cherche des preuves au domicile de l’ancien maire de Gotham City. Il y a bien un fond psychologique pour soutenir cette partie de l’épisode, à savoir que Jim s’interroge sur la bête tapie au fond de lui, la limite qu’il ne doit pas franchir pour justement ne pas pervertir tout ce en quoi il croit et qu’il pense représenter : Justice, loi, intégrité et scrapbooking sauvage. Mais ça reste trop léger et superficiel et c’est malheureusement vu et revue de façon plus juste selon moi. En finalité on constate qu’il reste un gentil dans l’âme malgré son étonnante capacité à envoyer des pains, des mandales et à encaisser des coups dont le dixième suffirait à me faire rendre l’âme. Bref, pas très efficace.

 

 

Dans sa quête de vérité, Bruce Wayne fait appel Silver Saint-Cloud espérant glaner quelques précieux renseignements sur l’identité du meurtrier de ses parents promise par Theo Galavan. Toutefois il se voit brutalement arrêté par un Alfred protecteur qui met gentiment mais sûrement la demoiselle à la porte. Un peu plus tard le jeune homme va tenter de gruger mais on n’apprend pas au vieux singe à faire la grimace, une fois de plus Bruce est stoppé dans son élan et il se rebiffe un peu le marmot ! Bref, à la troisième tentative c’est Selina qui se met sur sa route mais au contraire du majordome inflexible, celle-ci lui propose de lui montrer de quoi il retourne avec sa « petite amie »… Affaire à suivre.

 

Oswald

 

 

Là on arrive au gros morceau de cet épisode. L’amitié improbable entre Edward Nigma et Oswald Copplepott. Depuis la disparition tragique de sa mère, le Pingouin n’a plus goût à rien, ni l’espoir de quoi que ce soit. Tout ce qu’il faisait, il le faisait en grande partie par amour pour sa mère, pour de la reconnaissance et de la fierté matriarcale. Pour faire simple, disons que le complexe d’œdipe pourrait être rebaptisé le complexe d’Oswald. De son côté, Edward qui voit en lui un « maître » lui demande des conseils sur le fabuleux et très amusant domaine du meurtre. Voyant que ce dernier n’est plus vraiment en état de l’aider, il part du principe qu’il doit tout d’abord lui venir en aide. Après plusieurs malheureuses tentatives, il décide le prendre le taureau par les cornes et met notre Pingouin national face à lui-même. Sa mère, objet de toutes ses attentions et de tout son amour, était sa faiblesse. Maintenant qu’elle est malencontreusement décédée, il n’a plus de faiblesse. Un homme sans faiblesse ne peut être trahi, il n’a de comptes à rendre qu’à lui-même. De là on voit à la fois naître une nouvelle amitié et un retour triomphale du Pingouin.

A noter la présence de Michelle Gomez dans le rôle de la Lady, qu’on a pu apprécier aussi tout récemment dans Doctor Who ! Agréable surprise !

Rdv bientôt !

 

VOIR LA BANDE ANNONCE DE L'EPISODE

f t g m

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données