Copyright 2020 - Site by Misterdan

Un jour sans Jésus – Tome 4 de Nicolas Juncker et Chico Pacheco

Lorsqu’un beau matin cette nouvelle se répand dans tout Jérusalem, à l’instar des apôtres, personne ne peut croire à autre chose qu’un vol.Mais entre les Romains, les zélotes, les saducéens, les pharisiens, les marchands du temple, Hérode, Barabbas et sa bande ou les apôtres eux-mêmes... QUI aurait eu intérêt à subtiliser son corps ?... Ou plutôt QUI y est parvenu en premier ?


Jérusalem, dimanche de Pâques de l’an 33 après Jésus-Christ. 14h00

Philippe et Barthélemy tombés sur un faux Jésus, Thomas et Matthieu sur de faux morceaux du Christ chez les marchands du temple, Jean et André arrêtés par les Romains... Les heures défilent, pas toujours gaies pour nos apôtres, d’autant qu’un nouveau groupe vient de faire son apparition : les saducéens... et que leur envoyé, Paul dit «Persecutor», n’a pas l’air d’aimer particulièrement les chrétiens.
Heureusement, Pierre, Simon, Thaddée et les deux Jacques ont sans doute accompli l’essentiel : ils ont retrouvé le corps du Christ, et le ramènent au tombeau pour le réenterrer !

Une comédie abracadabrantesque, qui va toujours là où nous pensions qu'elle n'oserait pas aller. Un univers totalement décalé, une époque comme on ne l'a jamais imaginée. Et puis un rythme infernal, pas le temps de s'ennuyer une seconde, on pense en avoir terminé avec un problème que le suivant prend déjà sa place. Et cela est vraiment rafraîchissant, un ton léger qui permet de se plonger dans une bande dessinée qui nous transporte au loin. Le rythme est bon, mais aussi l'histoire qui s'appuie sur des éléments plus ou moins véritables, le caractère des personnages qui sont dans la caricature la plus totale. Et tout cela sert à peindre des drames, à se replacer face à notre société et parfois avec un humour très noir ou une grosse dose d'ironie.

Le graphisme est clairement dans la caricature, que se soit dans les traits des personnages, les tenues ou les arrière-plans. Il y a de nombreux détails qui peuvent faire sourire le lecteur ! Ce graphisme colle totalement à l'humour, parfois un peu lourd mais toujours à contre pied. Ce n'est pas parce que ce sont des caricatures que les dessins manquent de précision, chaque personnage possède son propre style. Je pense que cela fait partie des bandes dessinée où l'on pourrait rire sans les dialogues, juste avec les dessins. Surtout que la colorisation donne un dynamisme incroyable, car elle est remarquablement bien utilisée. Elle peut permettre de soustraire un détail au lecteur ou au contraire de le mettre en avant, elle facilite le passage d'une case à l'autre par les jeux de lumières.

Bref ce tome c’est une oasis dans le désert, il permet de sortir de notre quotidien le temps d'une petite lecture.

Editeur : Vent d'ouest – Collection : Humour – Scénario : Nicolas Juncker – Dessin : Chico Pacheco – Date de parution : 12 avril 2017 – 48 pages – Prix : 11,50 €

f t g m