Copyright 2020 - Site by Misterdan

La tomate de Anne-Laure Reboul et Régis Penet

Dans un futur aseptisé et indéterminé, la société est hiérarchisée en trois classes sociales distinctes. L’alimentation est devenue entièrement réglementée par des multinationales. Ce sont elles qui produisent et fournissent tout ce dont se nourrissent les citoyens, si bien qu’il est devenu strictement interdit de cultiver ses propres semences. Aujourd’hui, pour avoir découvert des graines de tomate et avoir osé les faire pousser chez elle, une jeune femme est emmenée devant les tribunaux. Ceci est l’histoire de son procès.

Nous sommes au tout début du procès où comparait Anne Bréjinski, accusée d'un crime épouvantable : elle a fait pousser un plant de tomates dans son appartement !

Anne est une jeune femme très bien cotée par sa hiérarchie. Dans un futur pas si éloigné que ça, les individus sont répartis en trois cercles : les nantis, les dirigeants, font partie du cercle un. Les pauvres, les rebuts de la société font partie du cercle trois. Entre les deux appartiennent au deuxième cercle tous les travailleurs, les fonctionnaires. Anne et son mari font partie de ce deuxième cercle.
Elle, elle est agent du service d'épuration des objets. Quand un objet, ce peut être un livre, une arme, un artefact ancien, est signalé, sa mission est de le récupérer et de l'épurer, en réalité de le détruire.

Un jour elle récupère ainsi un livre qu'elle va passer à l'épuration. Au moment du passage à l'acte, un sachet tombe du livre, et, si elle détruit bien l'objet, elle conserve le sachet. Il s'agit malgré tout d'un objet interdit et elle a bien conscience de passer du côté de l'illégalité. Mais ce sachet contient des graines et la promesse de la vie, alors la jeune femme bascule sans même s'en rendre totalement compte. Jour après jour elle va s'occuper des graines. Récupérer de la terre, mission difficile, trouver de l'eau, mission quasi impossible dans une société où chacun a droit seulement à une ration bien précise. Mais vaille que vaille, elle persiste et un jour le miracle se produit : la graine a germé et une jeune pousse est apparue.

Mais Anne a changé, sa vie clandestine et l'évolution de son plant de tomates ont bouleversé sa vie bien rangée. Elle commet des erreurs et sera finalement dénoncée, ce qui la conduira devant le tribunal où le lecteur la retrouve aujourd'hui.

J'ai totalement accroché avec cet album glaçant, aux dessins simples mais très beaux avec des gros plans magnifiques sur les visages, et un traitement des couleurs absolument splendide.

Editeur : Glénat – Scénario : Anne-Laure Reboul et Régis Penet - Dessin : Régis Penet – Couleurs : Nao – Date de parution : 24 janvier 2018 – 96 pages – 19,50 €

f t g m