Copyright 2020 - Site by Misterdan

La vie sauvage des femmes écrit par Bénédicte Brézillon

Agathe, mariée, deux enfants, working-girl aux quatre-cinquièmes, pourrait passer pour l'archétype de la bourgeoise de l’ouest parisien que rien n’émeut. Pourtant, il suffira d’une vitre de voiture fracturée, d’une épiphanie devant un épisode de Grey’s anatomy, de quelques Xanax et d’une rencontre à un vernissage pour que son savant équilibre vacille... Et si elle avait manqué son destin ? Et s’il n’était pas trop tard pour s’improviser femme fatale, chanteuse de karaoké ou mère Teresa ? Rattrapée par ses rêves et ses névroses ordinaires, elle raconte l’histoire d’un fiasco qu’elle espère salvateur et qui la conduira, à coups de Martini on the rocks, de variété française, de conversations délurées entre amies et de scénarios échafaudés dans ses moments de solitude, à réinventer sa vie. Tour à tour tendre, drôle et désespéré, La Vie sauvage des femmes est une ode à la femme d’aujourd’hui, à l’autodérision, à la fausse désinvolture et à l’imaginaire qui sauvent de tout.

Bénédicte Brézillon dresse le portrait de la femme 2010. Une peinture juste et drôle des qualités, défauts, victoires et déboires du féminin contemporain. Certes, Agathe n'est pas tout à fait moi (je n'ai pas d'enfants par exemple). Mais, sur plusieurs points, je ressemble à l'héroïne de Bénédicte Brézillon. Simplement parce que nous appartenant à la même génération. Nous avons donc forcément des convergences de goûts, d'oponions et de doutes.

Certains passages sont un peu longs mais c'est un roman qui se lit avec plaisir.

Éditeur : JC Lattès - Date de parution : 02 mai 2018 - 256 pages - Prix : 18 €.

f t g m