Copyright 2020 - Site by Misterdan

Renversante de Florence Hinckel et Clotilde Delacroix

Dans le monde de Léa et Tom, les rues et les établissements scolaires ont des noms de femmes célèbres, et ce sont les hommes qui s’occupent des enfants. Comme dans toutes les écoles, on apprend que le féminin l’emporte sur le masculin, « parce qu’il est réputé plus noble que le masculin à cause de la supériorité de la femelle sur le mâle ». Il en est ainsi depuis la nuit des temps, et personne ne semble vouloir remettre en cause cet ordre établi. Pourtant, Léa et Tom voient bien que quelque chose ne va pas… Alors, ils se mettent à réfléchir, et détricotent ensemble les clichés de ce monde où règne la domination féminine.

C’est une vraie bonne idée de montrer l’absurdité de la supériorité d’un sexe sur un autre en les inversant, en prenant pour logique le fait que « les hommes ont en moyenne une plus grande force physique que les femmes », ce qui leur permet de mieux faire le ménage, de mieux porter les enfants lorsqu’ils sont lourds, etc. Cette vision de l’esprit donne de vraies trouvailles au niveau de la langue : « une histoire à l’eau de bleuet » pour ne pas dire « à l’eau de rose ». En grammaire c’est le féminin qui l’emporte sur le masculin : Léa qui dit : « on est sorties, Tom et moi », ou les expressions telles que « les unes avec les autres » ou « celles qui » lorsque l’auteure parle de « on ».

Les quelques illustrations en noir et blanc à chaque début de chapitre sont tout à fait à propos, et la plupart du temps drôles ! Les femmes y ont systématiquement le mauvais rôle, toujours dans l’absurde et la démesure. Et la fin de l’album montre une frise chronologique de toutes les avancées pour la différenciation homme-femme, qui prend aussi le contre-pied par exemple en parlant de la loi Juliette Ferry ou du premier bachelier français en1861, Julien Daubié. Bref il y a beaucoup d’humour et une fausse naïveté car les protagonistes de l’histoire sont des enfants. Il y a peut-être quelques longueurs pour de petits lecteurs et pas vraiment d’issue, car Florence Hinckel nous demande de continuer la frise chronologique avec une injonction très participative : « à toi d’écrire l’Histoire de demain ! » . J’ai cependant passé un très bon moment.

Éditeur : L’école des loisirs – Collection : Neuf – Genre : Petit roman – Scénario : Hinckel Florence – Dessin : Delacroix Clotilde – Date de parution : 13 février 2019 – 104 pages – Prix : 10 €

f t g m